Bases du financement de la succession

Les cessions d'entreprises qui ne sont pas financées complètement par des fonds propres occasionnent des besoins financiers. Aperçu des cas les plus courants.

On distingue, en règle générale, les cas suivants:

Règlement de la succession Besoin de fonds

A titre onéreux:

Les cessions d'entreprises à titre onéreux à des successeurs internes ou externes à la famille ne sont, en règle générale, pas financées par les fonds de l'entreprise.

Financement de la reprise:

Restitution dans un délai de 5-6 ans.

A titre gracieux:

Entreprises reprises par donation ou héritage.

Financement de l'entreprise:

Relation durable adaptée en permanence.

Actuellement, on applique souvent un mode d'examen dit «consolidé». Pour évaluer le financement, on analyse conjointement l'entreprise à remettre et la société repreneuse ou le successeur en personne.

Financement de la reprise

Ci-après figurent les modes de financement les plus courants (en % du prix d'achat):

Mode de financement Part
Prêt conventionnel de capitaux étrangers 40% - 50%
Financement mezzanine (mélange entre fonds propres et étrangers) 20% - 30%
Fonds propres 20% - 40%

Succession hors du cadre familial

Pour les reprises d'entreprises sous forme de succession hors du cadre familial (MBO, MBI, IBO), le financement représente un défi particulier pour les raisons suivantes:

  • Risques accrus pour l'entreprise. En plus du financement de l'entreprise, il faut encore assurer le financement de la reprise. De ce fait, le successeur se trouve exposé à une pression de financement accrue. Dans un délai de 5 à 6 ans, il devra utiliser les fonds générés par l'exploitation en premier lieu pour amortir le financement de la reprise, de sorte que l'entreprise ne dispose souvent que de faibles moyens pour les investissements. L'entreprise est plus vulnérable par rapport aux concurrents.
  • Risque accru pour les partenaires financiers. Le successeur doit s'investir complètement dans sa nouvelle tâche d'entrepreneur, redéfinir et asseoir la vision et la stratégie, adapter l'organisation et éventuellement procéder à des changements personnels, tâche particulièrement difficile en cas d'absence d'expérience acquise dans l'entreprise (raison pour laquelle une MBO réussit souvent mieux qu'une MBI). Pour réussir, une équipe de direction solide et très motivée est indispensable.

Lors du financement d'une reprise d'entreprise, il faut prendre en considération ces circonstances particulières. Il s'agit notamment de s'assurer de la capacité à supporter le financement, tant de la reprise que du fonctionnement opérationnel de la société sur une base consolidée. D'où l'importance d'une planification financière détaillée et rigoureuse, comportant suffisamment de réserves financières pour les 5 à 6 années à venir. Il en va de même pour la négociation du «bon» contrat de vente (prix, modalités de paiement, garanties, dispositions accessoires, etc.). Il faut aussi penser aux éventuels pièges et les éliminer d'entrée de jeu.


Abonnez-vous à notre newsletter gratuite pour rester constamment à la page (inscription en haut à droite).


Dernière modification 11.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/savoir-pratique/succession-cessation-d-activite/transmission-entreprise/evaluer-l_entreprise/financement-succession.html