Formes de commerces en ligne: B2B, B2C, C2C

Le e-commerce existe sous différentes formes, des simples boutiques en ligne aux sites d’échanges, en passant par les plateformes de prestations de service. Avant de se lancer, une PME doit réfléchir au modèle qui lui convient le mieux.

Il existe trois principales formes de e-commerce, qui se distinguent par leur clientèle et leur source de revenus: le "Business to Consumer", le "Business to Business" et le "Consumer to Consumer".

Le e-commerce "Business to Consumer"

Le Business to Consumer (B2C) désigne le e-commerce classique d'une entreprise vers des consommateurs, c'est-à-dire la vente de biens ou de services à des clients particuliers depuis un site internet.

Le e-commerce B2C peut prendre la forme d'un site de vente exclusivement sur internet ou d'un complément virtuel à un magasin physique. Le but est d'augmenter sa clientèle et sa visibilité par la vente en ligne. Les revenus d'un B2C proviennent des ventes aux particuliers.

Exemples de B2C: leshop.ch, CeDe.ch

Les sites dits de vente privée constituent une sous-catégorie des B2C. Le principe consiste à offrir de fortes réductions sur des produits pendant une période limitée. En général, les utilisateurs doivent s'être inscrits au préalable en tant que membre afin de consulter les offres.

Exemples de vente privée: eboutic.ch, fashionfriends.ch, my-store.ch, myprivateboutique.ch, qoqa.ch, deindeal.ch

Le e-commerce "Business to Business"

Le Business to Business (B2B) désigne le commerce électronique d'une entreprise à d'autres entreprises. Il s'agit d'échanges entre deux commerçants ou entre un fournisseur et une entreprise par exemple. Les revenus d'un B2B proviennent donc de la vente de biens ou de services aux entreprises.

Exemples de B2B: nespresso.com, mobility.ch, papierexpress.ch, shop.roline.com

Le e-commerce "Consumer to Consumer"

Le Consumer to Consumer (C2C) désigne les plateformes d'échanges de consommateurs à consommateurs, c'est-à-dire l'équivalent internet des petites annonces. Le site se limite à offrir l'interface et le système d'échanges de biens.

Les revenus d'un C2C proviennent, soit:

  • D'un pourcentage sur les ventes. Des grands sites de vente aux enchères taxent les vendeurs lorsqu'une transaction est effectuée entre deux clients (par exemple de 1% à 5% de la vente finale).
  • De la publicité. Des sites de vente directe entre particuliers se rémunèrent par la publicité ou par des annonces payantes. Le vendeur de biens peut choisir de payer son annonce pour lui donner davantage de visibilité.
  • D'une combinaison des deux.

Exemples de C2C: ricardo.ch, car4you.ch, scout24.ch, immofute.ch, natelsavendre.ch


Abonnez-vous à notre newsletter gratuite pour rester constamment à la page (inscription en haut à droite).


Dernière modification 13.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/savoir-pratique/gestion-pme/e-commerce/formes-e-commerce.html