Les différentes sortes de crédits bancaires

Les banques distinguent les crédits d’exploitation à court terme pour le financement des actifs circulants et les crédits d’investissement à long terme pour le financement des actifs immobilisés.

Les fonds étrangers qui sont octroyés à l'entreprise pour plus d'un an sont des crédits à long terme. Les obligations exigibles à moins d'un an qui arrivent à échéance de paiement sont des fonds étrangers à court terme.

Le crédit en compte courant constitue l'instrument classique pour garantir les liquidités à court terme et pour le déroulement du trafic des paiements. La ligne de crédit et le taux d'intérêt varient en fonction du risque.

L'institut financier rémunère un intérêt minimal sur l'avoir de 0,125% ou 0,25%. Si vous faites effectivement la demande de crédit, la banque, pour sa part, exige, en plus des intérêts, une commission trimestrielle. Cette commission s'élève, en général, de 0,125% ou 0,25%, prélevée sur le montant du crédit le plus élevé ou sur le montant moyen. A combien cette commission s'élève et sur quel montant elle est prélevée (sur le montant du crédit le plus élevé ou sur le montant moyen), doit encore être déterminé.

Une variante du crédit en compte courant octroyée par les banques sont les avances à terme fixe avec des échéances de 1 à 12 mois.

Les crédits en blanc (crédits sans sécurité) n'existent presque pas parmi les jeunes entrepreneurs. Même les entreprises établies obtiennent des crédits sans garantie uniquement si elles ont prouvé, pendant des années, qu'elles sont florissantes en affaires et qu'elles remboursent leurs créances dans les temps. Les garanties, telles que les biens immobiliers qui ne sont pas complètement hypothéqués, les assurances vies qui ne sont pas encore mises en gage ou les valeurs mobilières ont des répercussions positives sur le prix (taux du crédit).

Les banques octroient des prêts bancaires, c'est à dire des crédits d'investissement ou des crédits à taux fixe, pour le financement à long terme des biens d'équipement. Ces crédits doivent être amortis en plusieurs versements ou remboursés en un seul paiement à l'échéance.

Les hypothèques à taux fixe sur les immeubles commerciaux sont comparativement moins chères, et les immeubles servant de garantie doivent donc être négociables.

Valeur du taux d'intérêt

Le taux d'intérêt dépend du taux d'intérêt du marché de base pour le refinancement des crédits à faible risque, c'est-à-dire du taux libor (Libor = London Interbank Offered Rate; taux d'intérêt du marché auquel les banques de première qualité de Londres s'octroient des prêts à court terme) pour des périodes de moins de douze mois, ou du taux swap (taux interbancaire) pour des périodes de plus d'un an.

En règle générale, plus la période est longue, plus les taux d'intérêts du marché augmentent. A ce taux du marché, la banque ajoute un supplément pour les coûts des risques, des fonds propres et de gestion, ainsi que pour la marge de bénéfice. Ce supplément est indiqué en points de base (1 point de base = 0,01%) ou, comme en Suisse, en pour cent. Il dépend avant tout du risque du débiteur (rating), du montant du crédit et de la sécurité proposée. En parallèle, la relation avec la banque - (et pas uniquement au niveau de l'octroi du crédit) - peut jouer un rôle important.

Normalement, entre bonne solvabilité et moyenne solvabilité, le supplément se situe entre 50 et 150 points de base. Cela signifie qu'un crédit à taux fixe, par exemple, sur trois ans à un taux swap de 2%, peut coûter entre 2,5% et 4% (chiffres 2008). Etant donné la concurrence des prix qui règne entre les banques, il vaut la peine de demander des offres auprès de plusieurs banques.

Dans le jargon des banques, le "pricing ajusté au prix" correspond à la gradation des conditions de crédit selon le risque individuel: c'est-à-dire plus le risque est élevé, plus le prix pour un crédit est élevé. Pour cela, la banque prend pour base la capacité bénéficiaire de l'entreprise et classent les risques en versements. Le classement peut être très fin:

  • L'UBS compte 15 catégories de débiteurs (de C0 à D4)
  • La CS compte 19 catégories (de CR01 à DCR)
  • Les banques cantonales comptent environ une demie douzaine

Celui qui n'est pas dans la meilleure moitié (degré de solvabilité moyen à bien) a des difficultés à obtenir un crédit, à moins qu'il présente une caution. Mais celle-ci coûte cher. La prime de risque d'un crédit contre cautionnement peut s'élever par exemple à 1,25% par an.


Abonnez-vous à notre newsletter gratuite pour rester constamment à la page (inscription en haut à droite).


Informations

Dernière modification 13.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/savoir-pratique/finances/financement/fonds-externes/credits-bancaires.html