Compte de résultat: calculer la performance de son entreprise

Pour analyser la bonne marche d’une PME, et ainsi pouvoir la comparer avec celles d’autres sociétés ou à des exercices précédents, il est important d’établir un compte de ses produits et de ses charges.

Les comptes de résultat, réalisés à intervalles réguliers, permettent aux PME de connaître leurs performances économiques. Ils peuvent servir à divers acteurs internes ou externes à l’entreprise tels que les équipes de management pour la bonne gestion de la société, les investisseurs, ou encore les banques en cas de demandes de crédits par exemple.

Définition

Le compte de résultat permet d’établir si les activités de l’entreprise lui ont permis, sur une période donnée (mensuellement, trimestriellement, annuellement), de réaliser des profits ou ont engendré des pertes.

Pour cela, le compte de résultat comprend deux parties principales: celle des produits et celle des charges. Généralement, les ventes de biens et de services, ou encore les produits annexes à l’exploitation (par exemple, des recettes locatives ou la mise à disposition de personnel), constituent les produits les plus importants. A contrario, les achats, les salaires du personnel et les coûts d’exploitation (par exemple, les loyers) composent la majeure partie des charges.

Le bouclement de ce compte (soit la différence entre les produits et les charges) constitue le résultat de l’exercice comptable. Il peut être bénéficiaire ou déficitaire.

Base légale

Le compte de résultat fait partie des comptes annuels (dits aussi "individuels") d’une entreprise. Ils comprennent également le bilan et l’annexe. Ces comptes sont obligatoires et doivent "présenter la situation économique de l’entreprise de façon qu’un tiers puisse s’en faire une opinion fondée" selon l’article 958 du Code des obligations (CO).

La structure minimale du compte de résultat est établie à l’article 959b CO. Deux options sont possibles selon la loi:

  • le compte de résultat par nature (comprenant onze postes à faire figurer au minimum, tels que définis à l’alinéa 2),
  • le compte de résultat par fonction (composé de huit postes au minimum, comme décrit à l’alinéa 3).

La comptabilisation la plus commune est celle par nature.

Compte de résultat à plusieurs degrés

Présenté sous la forme d’un tableau (ou d’une liste), le compte de résultat peut être découpé en plusieurs niveaux ou degrés, avec un résultat intermédiaire pour chacune de ces parties.

Un compte de résultat à deux degrés est par exemple celui couramment utilisé par les entreprises, bien qu’il ne soit pas exigé par la loi. Il sépare les postes et transactions dits "d’exploitation" des postes dits "hors exploitation".

  • Le premier niveau présente les charges et les produits variables, liés aux marchandises, (tels que les achats de marchandises, les charges de personnel, les charges de loyers, les amortissements, face aux ventes de marchandises et revenus d’intérêts). Cette partie du tableau s’achève sur un solde intermédiaire appelé "résultat d’exploitation".
  • Le second niveau comprend les charges et les produits neutres (tels que les charges immobilières, les charges extraordinaires, les impôts directs, face aux produits extraordinaires). Cette dernière partie du tableau se termine sur le "résultat de l’entreprise".

D’autres degrés peuvent également être insérés, ajoutant différents niveaux de complexité, mais aussi des informations supplémentaires (telles que les bénéfices avant intérêts et impôts).

Sources: Code des obligations, Almanach EXPERTsuisse, blog BetterStudy, site internet Bexio (15 juillet 2021)



Informations

Dernière modification 30.07.2021

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/savoir-pratique/finances/comptabilite-et-revision/comptes-annuels/compte-de-resultat.html