Les ressources nécessaires au tournant numérique

La transition numérique s’opère à partir des ressources humaines et matérielles dont dispose l’entreprise. Explications.

La transformation digitale demande à la PME d’adapter son fonctionnement. Des ajustements peuvent être effectués au niveau des processus internes, de la relation avec le client, et parfois au niveau du modèle d’affaires. En matière de processus, l’entreprise peut par exemple introduire un suivi informatisé de la production. La relation client peut être modifiée par l’introduction de la commande en ligne, de la configuration et de la gestion de la maintenance en ligne.

Si les petites et moyennes structures ont généralement une plus grande capacité à opérer des changements rapides de par leur petite taille, elles disposent de moins de compétences techniques et de temps à disposition que les grandes entreprises. Quelles ressources humaines et financières doivent mobiliser les PME? Voici quelques clés pour tirer profit au mieux de la digitalisation.

Etat des lieux avec un soutien extérieur

Les PME mènent généralement, en premier lieu, une analyse de leur degré de maturité (expliquée dans la page Digitalisation: un processus en plusieurs étapes). Pour les y aider, elles peuvent faire appel aux hautes écoles suisses, réseaux professionnels (associations faîtières, chambres de commerce, cercles de promotion économique) ou contacter des agences et entreprises spécialisées dans le conseil. Il existe également des questionnaires en ligne d’auto-évaluation.

Nouveaux besoins?

Après avoir évalué l’organisation, les technologies et les ressources internes, les PME doivent définir quels nouveaux outils, machines, métiers ou nouvelles compétences sont requises pour accompagner le tournant digital. Cette phase permet de cibler quelles ressources externes manquent. Ce manque pourra ainsi être comblé par le recrutement de nouveaux collaborateurs, par une restructuration de l’entreprise ou par l’achat de nouveaux logiciels ou machines.

Ressources financières

Avant d’investir dans l’évolution digitale de l’entreprise, il est impératif de calculer les retombées de ce processus. La clarification du retour sur investissement qu’implique une telle modification permet de valider sa nécessité au sein de l’entreprise. Il est important que les retours financiers du processus de transformation numérique dépassent son coût.

Cet investissement est variable en fonction des domaines auxquels s’applique la digitalisation. Le processus peut aller de CHF 10’000, s’il s’agit par exemple simplement de l’achat d’un nouveau logiciel, à plusieurs centaines de milliers de francs si la digitalisation demande un investissement dans l’installation de nouvelles machines ou l’engagement de nouveaux collaborateurs.

L’importance de la formation

Afin de maintenir l’apport de la transition digitale de l’entreprise, il est impératif d’entretenir les connaissances des employés. Face à la rapidité de l’évolution numérique, l’obsolescence des compétences des salariés est une menace pour l’attractivité et la compétitivité de l’entreprise. Pour anticiper ce risque, la formation continue des employés, proposée par exemple par les hautes écoles suisses sous la forme de conférences ou d’ateliers, s’avère nécessaire.

Sources : Articles du Portail PME publiés dans la rubrique Actuel, Interview en août 2019 du Professeur Cédric Gaspoz, doyen de l’Institut de Digitalisation des Organisation (IDO) et la HEG-Arc.



Informations

Dernière modification 26.03.2020

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/faits-et-tendances/digitalisation/les-ressources-necessaires-au-tournant-numerique.html