L’introduction en bourse: un dossier à mûrir

La Suisse se présente comme un terreau favorable aux introductions boursières. Quels sont les éléments nécessaires à une cotation à succès? Conseils.

 
Fronton de la Bourse suisse.

La Bourse suisse connaît une effervescence en matière d’introductions. En 2018, douze nouvelles sociétés ont démarré leur IPO (acronyme anglais pour initial public offering), un nombre supérieur aux autres années. Parmi elles figure le cas spécial du réseau social de luxe zurichois A Small World de 40 collaborateurs (lire encadré). En levant CHF 2,3 milliards l’année dernière, SIX Group – qui gère la Bourse nationale – se classe au deuxième rang européen derrière Londres, et huitième au niveau mondial.

Une longue procédure

Les entreprises cotées ne sont pas toujours des grandes firmes, quelques PME et start-up ont également fait ce choix. Mais pourquoi se lancent-elles dans une telle démarche? "L’objectif principal d’une cotation sur les marchés est d’effectuer une levée de capital qui permette à l’entreprise de se développer", explique Julian Chan, porte-parole de SIX Group.

Pour les sociétés, le premier jour de cotation est une étape importante, mais pour y arriver, un long processus doit être entamé. "Pour garantir le succès de l’opération, il faut compter entre deux et trois ans, de l’établissement du projet à son aboutissement", prévient Tobias Meyer, responsable Transaction Accounting et IPO au sein du cabinet d’audit Ernst&Young. "Si une société souhaite accélérer son entrée sur les marchés financiers, un délai de trois à quatre mois peut être envisagé jusqu’au premier jour de cotation", précise Julian Chan de SIX Group.

Il vaut mieux toutefois prendre son temps, précise le porte-parole du groupe financier. "D’autant plus qu’il est vivement recommandé de toujours présenter un ‘angle suisse’ aux investisseurs afin d’en assurer le succès. Sans aucun lien avec la Suisse, une introduction en bourse pourrait être considérée comme inhabituelle."

Démarrer en force au printemps

Certaines périodes sont plus propices que d’autres pour lancer une introduction en bourse. Le début d’année est généralement plébiscité. "La première fenêtre d’un démarrage boursier débute fin mars-début avril jusqu’à Pâques, détaille Julian Chan. Puis une deuxième concerne toute la période estivale, et finalement, la dernière durant l’automne."

Pour Tobias Meyer, les sociétés doivent toutefois rester attentives au contexte économique avant de s’intéresser aux fenêtres de cotation. "Elles doivent faire preuve de souplesse et rechercher avant tout les conditions optimales du marché. Aujourd’hui, avec les tensions géopolitiques, les relations tendues entre la Chine et les Etats-Unis ainsi que le flou autour du Brexit, les conditions se sont détériorées."

Reste la question du prix d’introduction sur le marché. Dans la phase de préparation, une fourchette de prix est établie conjointement entre la direction de la société et la banque d’investissement en charge du dossier d’IPO. Cette dernière va analyser les performances et la "santé" de la société afin d’en définir un prix ainsi que le nombre d’actions qui seront émises. De plus, on peut comparer la proposition d’offre à celle de sociétés déjà cotées active dans le même domaine.

"Il ne faut pas oublier qu’une introduction en bourse a également un coût", précise Julian Chan de SIX Group. Le coût total d’un IPO se situe, en règle générale, entre 2% et 5% du montant total de la transaction. Les frais à verser aux banques d’investissement qui participent à la commission sont les plus importantes dépenses, tout comme les frais juridiques et comptables. "Notre groupe facture ensuite CHF 19'000 de frais de cotation et d’admission pour une introduction en bourse avec une capitalisation boursière de CHF 100 millions."

Des risques inattendus

Entrer sur le marché financier s’accompagne de nombreuses précautions à prendre. "Une surévaluation des prix, un mauvais management ou s’aventurer précocement sur les marchés financiers sont des problèmes qui peuvent éclater lors du jour d’émission", prévient Tobias Meyer d’EY. Le responsable IPO met également en avant d’autres risques pouvant survenir comme l’influence grandissante des nouveaux actionnaires: "Ils pourront avoir un impact notable sur la prise de décision et la stratégie." La pression liée aux promesses entrepreneuriales ou la transparence forcée par les marchés financiers constituent des risques complémentaires.


Informations

Sur le thème

L’alternative du "direct public offering"

Créée en 2004, A Small World est un réseau social de luxe dont l’objectif est de rassembler des personnes aisées, âgées entre 25 et 45 ans, dans des événements festifs. La plateforme aux 30'000 membres s’est lancée sur le marché financier en mars 2018. Le directeur Jan Lüscher a choisi une cotation de direct public offering. Contrairement à l’IPO, ce mécanisme vend directement des titres à des investisseurs externes, sans recours à une structure externe.

Pourquoi avez-vous décidé de mener une opération en direct listing et non une cotation ordinaire?

Nous voulions avoir un meilleur accès aux marchés financiers au cas où nous aurions besoin de fonds pour des éventuelles fusions et acquisitions. Toutefois, au moment d’entrer en Bourse, nous n’avons pas eu besoin de capitaux supplémentaires.

Quels sont les principaux risques d’une telle opération?

Beaucoup estiment que ce système est moins attractif, car il ne permet pas au marché de trouver le prix d’émission, mais je ne partage pas cet avis. Dans notre cas, étant donné les grands mouvements du premier jour de négociation, le marché a su trouver le juste prix d’émission.

Quels seraient vos conseils?

Dans le domaine du direct listing, il est nécessaire d’avoir des investisseurs majeurs prêts à vous soutenir. De manière générale, il faut communiquer sur la société afin que le marché connaisse vos activités. Les investisseurs doivent également vous connaître et il est important d’être particulièrement bien entouré dans le domaine juridique.

Dernière modification 02.10.2019

Début de la page

des nouvelles intéressantes et de précieuses informations pour les créateurs d'entreprise et les entrpreneurs.
https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/theme-du-mois/2019/l-introduction-en-bourse-un-dossier-a-murir.html