Conseils pour sélectionner le bon logiciel

Il existe un grand choix de logiciels. Il s'agit de choisir celui qui convient le mieux à ses besoins. Mieux vaut prendre un modèle professionnel.

L'offre en matière de logiciels pour PME est très grande en Suisse. Par conséquent, il est conseillé de recourir à un conseil externe d'expert en logiciels. Se rendre à un salon comme, par exemple, le salon pour logiciels business Topsoft peut également s'avérer utile.

Lors de l'achat des logiciels adéquats, il convient de prendre en considération les points suivants:

  • Les programmes pour les privés ne conviennent en général pas au domaine professionnel puisqu'ils ne présentent pas toutes les possibilités d'extension.
  • Les programmes de comptabilité doivent être adaptés à la Suisse (concernant, par exemple, les comptes, la TVA, la monnaie, les assurances sociales, etc.).
  • Le logiciel doit être extensible de manière modulaire et régulièrement actualisable (au moyen de mises à jour).
  • Les différents programmes doivent pouvoir coopérer entre eux et être compatibles.
  • Licence: celui qui utilise un logiciel protégé par des droits d'auteur et ne respecte pas les conditions de licence commet un délit.

Logiciels pour le système d'exploitation

Dans la plupart des entreprises, les ordinateurs sont équipés des systèmes d'exploitation Windows de Microsoft ou OS X d’Apple. Néanmoins, le nombre de sociétés qui s’intéressent à des systèmes d’exploitation libres tels que Linux ne cesse de grimper. Les avantages sont les coûts nettement moins élevés, le degré d'indépendance du fabricant et la possibilité d’adapter le code de programmation. Toutefois, les utilisateurs risquent d'être confrontés à des problèmes techniques en raison du manque de standardisation ainsi que de compatibilité. En ce qui concerne les serveurs, les systèmes libres sont très répandus.

Logiciels d'application

Pour les programmes standard de bureautique comme Word, Powerpoint, Excel et les gestionnaires d'e-mail, il ne faut plus forcément acheter les originaux, dont les prix sont élevés. Surtout pour les jeunes entrepreneurs, les produits de la concurrence comme OpenOffice constituent une alternative intéressante.

Ces logiciels sont gratuits et les fonctionnalités ne sont pas moindres. En ce qui concerne la compatibilité avec l'original, l'utilisateur ne connaît généralement pas de problème. Pour les tâches quotidiennes d'une petite entreprise, le logiciel libre est tout à fait à la hauteur.

Logiciels OEM

Celui qui ne souhaite pas renoncer aux produits de Microsoft peut économiser une somme considérable en achetant un logiciel OEM ("Original Equipment Manufacturer"). C'est le logiciel qui, à l'origine, avait été conçu pour les commerçants. Une telle version complète sans emballage et avec un support restreint constitue une alternative avantageuse à la version emballée, accompagnée d'un gros manuel.

Partagiciels et gratuiciels

Les partagiciels désignent une forme de logiciels testés avant l'achat. En règle générale, le partagiciel autorise la copie sans modification, contrairement aux gratuiciels qui obligent, après une période de test (généralement 30 jours), l'enregistrement payant. Ainsi, il est possible d'économiser beaucoup d'argent. Les entrepreneurs risquent toutefois que le logiciel ne soit pas toujours compatible avec le logiciel de ses clients et qu'il y ait des perturbations dans le transfert de données. Souvent, les logiciels gratuits (gratuiciels) et les partagiciels n'offrent aucun support.


Abonnez-vous à notre newsletter gratuite pour rester constamment à la page (inscription en haut à droite).


Dernière modification 13.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/savoir-pratique/gestion-pme/infrastructure-et-ti/infrastructure-de-technologie-de-linformation--ti-/logiciels.html