La créativité comme source de croissance

Si les entreprises cherchent à promouvoir la créativité, ce n’est pas par idéalisme. L’innovation qui en résulte représente une réelle source de profits.

La créativité a gagné une attention considérable au sein des entreprises ces dernières années. Dans le sondage Global CEO Study réalisé par IBM en 2010, elle représentait la qualité la plus essentielle en matière de leadership aux yeux des chefs d'entreprises. Plus de 60% des 1'500 CEO interrogés à travers le monde ont cité la créativité parmi les qualités de gestion les plus importantes, devant l'intégrité (52%), la vision globale (35%), l'autorité (30%) ou encore l'ouverture d'esprit (28%).

La raison est claire: la créativité donne naissance à de nouveaux concepts, brevets et produits. Elle constitue le moteur de l'innovation. Les questions de créativité ne concernent pas seulement les grandes multinationales comme Swatch, Apple ou Novartis. Les PME peuvent elles aussi inventer et faire de leurs innovations une source de croissance. D'ailleurs, la Suisse, avec son tissu économique particulièrement créatif, son environnement propice aux start-up, ses hautes écoles et ses laboratoires de réputation internationale, se retrouve régulièrement classée championne de l'innovation. En 2014, le pays occupait la 1ère place de l'indice mondial de l'innovation publié par l'INSEAD et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), ainsi que la 1ère place du classement des pays les plus innovants en Europe établi par la Commission européenne, le Innovation Union Scoreboard. La Suisse se démarque en particulier au niveau de son excellence en matière de recherche (publications scientifiques, brevets et patentes, etc.), selon le rapport européen. En revanche, ses PME n'innovent pas assez à l'interne et collaborent trop peu entre elles.

Soutiens à la créativité en Suisse

En Suisse, les entrepreneurs créatifs ne manquent pas de soutiens pour concrétiser leurs idées. De nombreuses organisations étatiques et privées proposent des aides à la création d'entreprise et à l'innovation. Par exemple, le programme Venturelab, financé par l’agence suisse pour l’encouragement de l’innovation Innosuisse, organise des formations dédiées à la création de start-up. Le fonds privé "venture kick" sélectionne quant à lui des jeunes talents et les finance à hauteur de CHF 130'000, à condition que leurs inventions soient issues d'une haute école. La Suisse possède aussi des parcs technologiques conçus pour accueillir des start-up créatives, comme le Technopark à Zurich ou encore le Quartier de l'innovation à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Et même des incubateurs privés pour promouvoir la créativité, comme le Swiss Creative Center à Neuchâtel.

L'élan de créativité naît à la fin du vingtième siècle

La créativité n'a pas toujours été aussi valorisée dans l'activité économique. Ce n'est qu'à partir de la fin du 20ème siècle qu'elle a gagné l'importance qu'on lui reconnaît aujourd'hui. Cette évolution est le résultat de trois phénomènes:

  1. Les pays développés ont connu une forte tertiarisation de leur économie. Celle-ci repose toujours plus sur les services, dont la "matière première" est faite d'idées, de marques et d'autres biens immatériels.
  2. La mondialisation a entraîné une nouvelle division du travail internationale: la production s'est déplacée dans des pays où le coût de la main d'œuvre est bas et les économies occidentales se sont concentrées sur les technologies de pointe, la création du concept, le design et le marketing des biens.
  3. Le développement des technologies de l'information et de la communication a ouvert aux entreprises de nouvelles possibilités d'organisation et leur a permis de se focaliser sur les activités à plus forte valeur ajoutée, notamment la production de biens immatériels.

Par exemple, la réussite dans l'industrie automobile repose aujourd'hui avant tout sur l'image de marque, le concept et le service après-vente. Dans les années 1970, toutefois, être un leader dans ce secteur impliquait de s'imposer sur des critères techniques, comme les caractéristiques de la cylindrée.

Créativité et innovation, le défi des pays émergents

Si la Suisse peut aujourd'hui se targuer de sa créativité et de sa capacité d'innovation, elle ne doit pas pour autant se reposer sur ses lauriers. Les pays émergents, dont la Chine, l'Inde ou encore le Brésil, investissent dans ce domaine pour mettre à niveau leurs performances. Ils ont bien compris l'importance grandissante de l'industrie créative et son potentiel de croissance. Le secteur créatif a également l'avantage de son montrer plus résistant que l'industrie traditionnelle face aux crises économiques. Il l'a prouvé pendant la récession de 2008, souligne le rapport "Creative Economy" publié en 2010 par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

A titre d'exemple, l'industrie cinématographique du Nigéria - surnommée Nollywood - génère un chiffre d'affaires annuel de plus de USD 9 milliards. Elle se classe au 3ème rang mondial derrière celles des Etats-Unis et de l'Inde. Le cinéma représente désormais le 2ème plus important secteur d'activité du pays, après les hydrocarbures. Aux entrepreneurs suisses de montrer qu'ils peuvent conserver leur statut de leader de l'innovation sur le long terme.

Sources: liens ci-dessous.


Informations

Dernière modification 24.10.2018

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/savoir-pratique/gestion-pme/creativite/source-de-croissance.html