"L’important pour notre menuiserie est de continuer à innover"

Simple atelier au départ, l’entreprise de Paul Ardüser a étoffé ses activités et s’est notamment mise à fabriquer les fameuses luges de Davos.

Moderniser une entreprise familiale centenaire peut se révéler compliqué. Troisième génération à la tête de la PME Ardüser Schreinerei à Davos (GR), Paul Ardüser s’échine à garder l’atelier créé par son grand-père au goût du jour. Il rénove régulièrement son parc de machines, se lance dans de nouveaux segments et démarre même des campagnes de crowdfunding. En 25 ans, le chiffre d’affaires de la société a ainsi quadruplé. Rencontre. 

Quelles grandes étapes ont jalonné l’histoire de votre entreprise?

Paul Ardüser: La première grande étape fut bien sûr la création de l’entreprise par mon grand-père en 1922. Il travaillait seul à l’époque et réalisait des travaux de menuiserie et charpenterie. Il avait un petit atelier à Davos, un local que nous occupons toujours. Ensuite, mon père a repris la société en 1960 et s’est entouré d’une équipe composée de cinq à huit collaborateurs. Tout ou presque était alors réalisé à la main. J’ai pris officiellement la tête de la société en 1991, à la suite du décès de mon père survenu un an plus tôt. 

Que ressent-on lorsqu’on reprend du jour au lendemain la direction d’une fabrique de plus de 70 ans?

Ardüser: Je me suis occupé de l‘entreprise dès 1989, lorsque mon père est tombé malade. C’était difficile d’être propulsé à la tête de la PME à seulement 24 ans. Ce fut un saut dans l’inconnu. J’ai dû tout organiser et reprendre le management. Mais j’ai réussi à faire face. Cette expérience me sert encore aujourd’hui dans la gestion de la société. 

Comment la société a-t-elle été modernisée depuis 1991?

Ardüser: Nous avons presque triplé le nombre d’employés en 25 ans et comptons 16 à 20 collaborateurs désormais. Nous avons également à plusieurs reprises acheté de nouvelles machines et remplacé les anciennes. La seule chose qui reste à l’identique, c’est la petitesse de l’atelier de mon grand-père.

Qui sont vos clients?

Ardüser: Nous avons une clientèle internationale et indigène. Il peut s’agir de propriétaires de résidences secondaires, de commerces, de logements principaux, etc. Des touristes achètent également nos luges. Leurs budgets peuvent être limités comme très élevés. 

Pouvez-vous nous décrire les différentes activités de la PME?

Ardüser: Notre principale force est la polyvalence. Nous réalisons des pièces très simples telles qu’un revêtement de balcon comme de très beaux meubles sur-mesure. Nous sommes capables de travailler du verre, des matériaux de construction métalliques, des planches de bois, du bois massif, etc. Nous avons également ajouté deux domaines à nos activités un institut de services funéraires et la fabrication de luges. 

Vous avez réalisé en 2014 une campagne de crowdfunding pour relancer la production de luges à Davos. Pourquoi?

Ardüser: Dans le cadre des festivités liées aux 150 ans de la pratique des sports d’hiver en Suisse, l‘office du tourisme de Davos nous a commandé une luge surdimensionnée à exposer. L’idée nous est alors venue de fabriquer, au cœur de Davos, des luges de Davos traditionnelles. Nous avons lancé un projet de financement participatif pour lever les CHF 13'000 nécessaires à la réalisation des luges. Cette somme a été atteinte au bout de 14 jours seulement, et même dépassée. A la fin de la campagne, nous avons réuni près de CHF 50'000. Un vrai succès! Nous avons eu plus de 100 luges commandées la première année. Ce n’était pas évident de tenir la cadence. Nous continuons désormais à produire entre 40 à 50 luges chaque année. 

Pourquoi cette luge est-elle autant associée à Davos?

Ardüser: Elle est étroitement liée à notre ville, car c’est ici qu’elle a été inventée et utilisée pour la première fois. Son histoire remonte à 1883 et à l’organisation de la première course de luge reliant Davos à Klosters, qui avait vu des touristes étrangers comme des locaux s’affronter. Puis, en 1888, le pionnier du ski, Tobias Branger, a déposé le premier brevet de luge en frêne à deux patins baptisée «Davoser Sportschlitten». 

La luge de Davos est-elle toujours un produit protégé? Quelles sont ses caractéristiques?

Ardüser: Il n’est plus possible de breveter la luge de Davos. N’importe qui a le droit d’en fabriquer une. Construite en frêne suisse, elle comprend normalement un cordon, trois petites lattes en bois pour l’assise, deux lattes plus larges pour l’extérieur, deux patins en bois recouverts d’un métal spécial ainsi que des cintres en bois et en métal qui relient les deux parties de la luge.

Etes-vous la seule menuiserie à Davos à en produire?

Ardüser: Oui, nous sommes les seuls à Davos, car cela demande énormément de temps pour acquérir le savoir-faire nécessaire. Nous nous sommes en effet lancés sans aucune directive technique si ce n’est celle du modèle traditionnel. Nous avons dû faire de nombreux tests et construire plusieurs prototypes, afin que notre luge soit sûre, fonctionne bien et s’inscrive dans la durée. 

Comment vous démarquez-vous de la concurrence sur ce marché de niche?

Ardüser: Contrairement à d’autres productions de masse étrangères, nos luges sont véritablement fabriquées à Davos. Elles sont garanties à vie. En outre, tous les éléments sont savamment encastrés les uns aux autres. 

Que conseillerez-vous à un jeune entrepreneur qui veut redynamiser la société familiale?

Ardüser: Les jeunes entrepreneurs devraient toujours garder un œil sur ce qui se fait de nouveau et sur les autres segments d’activités. Il faut chercher de nouvelles possibilités à l’intérieur de son secteur, car il est important de rester fidèle à son cœur de métier. Dans la menuiserie par exemple, on ne peut pas du jour au lendemain installer du carrelage et des toilettes. En outre, il convient de moderniser son infrastructure. 

Quels sont vos projets pour l’avenir?

Ardüser: Nous avons plusieurs projets en cours, l’achat d’une machine technologique notamment. L’important pour nous est de continuer à innover et d’être ouverts aux idées amenées par les collaborateurs. De manière générale, le bien-être des employés et le travail d’équipe nous sont chers.


Informations

Biographie

Portrait de Paul Ardüser, directeur de Ardüser Schreinerei AG

Paul Ardüser a réalisé un apprentissage en menuiserie, puis a occupé un poste à responsabilité dans une entreprise de production dans le canton de Thurgovie. A l’âge de 24 ans, en 1989, il est rentré aux Grisons pour remplacer son père malade à la tête de la PME familiale Ardüser Schreinerei à Davos.

Dernière modification 19.12.2018

Début de la page

des nouvelles intéressantes et de précieuses informations pour les créateurs d'entreprise et les entrpreneurs.
https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/aktuell/interviews/2018/fuer-unsere-schreinerei-ist-es-wichtig-stets-innovativ-zu-bleiben.html