"La technologie blockchain permet de réduire les coûts et d’accroître la transparence"

La blockchain pourrait révolutionner de nombreuses activités économiques dans les années à venir. Roman Beck, professeur à l’université IT de Copenhague, nous parle des secteurs concernés et de l’intérêt de cette technique pour les PME. 

Souvent associée à la monnaie numérique Bitcoin, la technologie blockchain est pourtant utilisée dans bien d’autres domaines. Elle consiste en un registre numérique dans lequel sont consignées toutes les transactions entre différents partenaires. Sa particularité tient au fait que les parties prenantes créent un réseau qui vérifie chaque transaction. Une fois qu’une transaction est sauvegardée dans la chaîne (blockchain), elle ne peut plus être supprimée, et reste consultable à tout moment par les membres du réseau (voir infographie ci-dessous). Roman Beck, professeur de gestion informatique à l’université IT de Copenhague, prévoit de grands bouleversements auxquels les PME devraient se préparer. 

Pour quels processus le recours à la technologie blockchain peut-il présenter un intérêt?

Roman Beck: En principe, la technique blockchain peut être appliquée à tous les processus de transactions impliquant plusieurs participants. Divers secteurs sont donc concernés, de la logistique à la finance. Cette technologie a l’avantage de renforcer la relation de confiance: tous les partenaires sont informés de façon continue et transparente de l’ensemble des transactions réalisées. Par ailleurs, le blockchain peut remplacer les intermédiaires. L’économie de partage, dans laquelle toutes les transactions sont validées de manière centrale via des plateformes telles qu’Airbnb, en est un bon exemple. Grâce à la technologie blockchain, les membres du réseau peuvent conclure des affaires directement entre eux, sans qu’aucune intermédiation centrale ne soit nécessaire. 

Dans l’industrie, quels secteurs utilisent déjà la blockchain?

Beck: Pour le moment, le potentiel de la blockchain est principalement testé par de grandes entreprises dans le domaine de la gestion de la chaîne logistique. BHP Billiton, l’une des plus importantes sociétés minières du monde, utilise par exemple cette technologie pour suivre la localisation de carottes de forage extrêmement précieuses. Autre exemple: le grand armateur Maersk suit depuis peu son fret maritime à l’aide de la blockchain. L’entreprise espère ainsi améliorer la transparence lors de chaque étape de la chaîne de transport, réduire le risque d’erreurs et de fraude, et accélérer les processus. 

Quels secteurs économiques peuvent tout particulièrement tirer profit de la technologie blockchain?

Beck: La baisse des coûts, l’amélioration du rendement, et le renforcement de la transparence sont des objectifs que tous les domaines organisés en réseaux peuvent atteindre. Je pense notamment au secteur financier, dans lequel la blockchain pourrait remplacer des intermédiaires tels que les banques traditionnelles, les prestataires de services de paiement, et les bourses. Le domaine de l’Internet des objets, qui devrait fortement gagner en importance dans les années à venir, pourra également en profiter: les appareils électroniques qui sont liés les uns aux autres via Internet pourraient ainsi échanger des données de manière sécurisée grâce à la blockchain.

Illustration expliquant le fonctionnement de la blockchain.

Pour les PME, quels sont les avantages des applications blockchain?

Beck: Ces applications sont principalement bénéfiques pour les PME qui traitent avec des partenaires commerciaux changeants. Comme expliqué précédemment, la blockchain peut accélérer et optimiser les processus dans le domaine de la gestion de la chaîne logistique. Par ailleurs, elle permet de faciliter de nombreux processus administratifs, notamment en matière de fiscalisation, d’immatriculation ou de remboursement d’impôts. Pour les entreprises, cela peut entraîner un gain de temps considérable. 

Quelle approche les entreprises devraient-elles adopter vis-à-vis de la blockchain?

Beck: Dans l’absolu, je suis convaincu que la technologie blockchain va entraîner d’importants bouleversements dans de nombreux secteurs économiques. Il est donc recommandé de se familiariser dès à présent avec le sujet, pour pouvoir anticiper d’éventuels développements. Pour ce faire, il peut être utile de participer à un atelier d’introduction à cette thématique. L’entreprise Ethereum, basée à Zoug, ou encore IBM avec son projet Hyperledger, proposent par exemple des outils basés sur les applications. De nombreuses entreprises restent encore sceptiques vis-à-vis de cette nouvelle technologie, car elles l’associent à la monnaie électronique Bitcoin et aux activités criminelles. Il est essentiel qu’elles se libèrent de cette image. 

Dans la blockchain, quels sont les obstacles qui se présentent actuellement pour les PME?

Beck: A l’heure actuelle, il reste encore à définir un cadre juridique clair concernant la technologie blockchain. De nombreuses questions restent encore en suspens vis-à-vis de cette application. Par exemple: comment créer une interopérabilité entre différentes blockchains? Peut-on annuler ultérieurement une transaction? Faut-il intégrer un "droit à l’oubli" au sein de la blockchain? Pour le moment, un comité auquel participent 18 pays et plusieurs experts internationaux doit élaborer des normes ISO pour la blockchain. Les premiers résultats devraient être disponibles dans trois à quatre ans.


Informations

Biographie

Portrait de Roman Beck, professeur à l’université IT de Copenhague.

Depuis 2014, Roman Beck est professeur de gestion informatique et de leadership à l’université IT de Copenhague. Auparavant, il était professeur d’e-finance et de sciences des services à l’université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main. Il a publié plusieurs articles sur le thème de la blockchain, et est membre du comité chargé d’élaborer des normes ISO pour cette technologie dans les années à venir.

Dernière modification 21.06.2017

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/aktuell/interviews/2017/die-blockchain-bringt-kostensenkungen-und-mehr-transparenz.html