Lutter contre la sédentarité au travail: quelles pistes pour les PME?

La sédentarité nuit gravement à la santé. Andreas Wieser de Promotion Santé Suisse livre ses conseils pour promouvoir l’activité physique au sein des entreprises.

Travailler assis n’est pas sans danger. Selon une étude de l’Office fédéral de la santé publique, les personnes âgées entre 15 et 74 ans restent en position assise entre 4 et 5 heures en moyenne par jour. Chez un travailleur sur six, ce chiffre atteint même 8,5 heures. Et la tendance est à la hausse. L’OMS a déjà tiré la sonnette d’alarme: l’inactivité est la quatrième cause de mortalité dans le monde, tuant chaque année 3,3 millions de personnes. Pour Andreas Wieser, responsable Distribution et Gestion de la santé en entreprise au sein de la fondation Promotion Santé Suisse, investir dans des structures est bénéfique tant pour les salariés que pour les PME.

Quels sont les effets de la sédentarité sur la santé?

Andreas Wieser: Les effets physiques liés à la sédentarité ont été prouvés par différentes études. Bouger permet de prévenir de multiples maladies, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires ou respiratoires, ainsi que des douleurs musculo-squelettiques ou même le cancer. Le mouvement peut aussi constituer une ressource pour les personnes concernées par des problèmes psychiques, car faire de l’activité permet notamment de faire baisser les hormones liées au stress.

Qui est responsable de la santé au travail, l’employeur ou l’employé?

Wieser: La question de la santé concerne l’individu lui-même. C’est donc l’employé qui est responsable. Mais l’employeur joue aussi un rôle important. D’un point de vue économique, ce dernier est en principe conscient de l’importance de renforcer les performances des salariés. Or, puisque l’activité physique a une forte influence sur la santé et sur les capacités de chacun, le directeur de PME peut renforcer le potentiel de sa société en prenant des mesures pour éviter la sédentarité. Les collaborateurs peuvent, en outre, plus facilement changer leurs habitudes si les conditions de ces changements sont réunies sur leur lieu de travail. On peut donc parler d’une responsabilité partagée.

Quelles mesures existe-t-il déjà pour lutter contre la sédentarité au travail?

Wieser: De nombreuses offres existent dans les entreprises, comme pratiquer du jogging durant la pause de midi, du yoga le soir ou encore bénéficier d’une réduction sur un abonnement de fitness. Certains programmes ont également été lancés pour compter le nombre de pas ou de minutes de mouvement. On peut aussi trouver, en matière d’infrastructures, des espaces consacrés à la forme physique. La question occupe toujours plus les responsables du personnel. On voit ainsi apparaitre de nouveaux concepts dans la manière de travailler, où les employés sont amenés à plus se déplacer. On parle alors de travail flexible et mobile.

Quelles sont les autres mesures envisageables?

Wieser: La liste des mesures possibles est longue et créative. Cinq points me paraissent essentielles pour faire son choix. Premièrement, les programmes d’exercices doivent être suffisamment faciles afin que les non-sportifs puissent y prendre part sans avoir à suer outre-mesure. Deuxièmement, les offres doivent être visibles en permanence afin de rappeler aux employés les objectifs à atteindre (l’installation d’une salle de sport en sous-sol est ainsi discutable). Troisièmement, la stimulation des employés, avec des changements réguliers au travers de petites campagnes fréquentes, est importante (La communication interne doit, pour cela, faire l’objet d’une attention particulière).

Quatrièmement, les programmes et les infrastructures ne sont bénéfiques que si la question d’une application régulière et sur le long terme a été clairement définie et qu’on dispose du temps et des ressources nécessaires. Dernier point, les cadres de l’entreprise ont un rôle important à jouer: ils peuvent faire bouger les choses. Mais pour cela, il faut une sensibilisation et une formation adéquates.

Comment les entreprises reçoivent-elles vos conseils?

Wieser: L’argument budgétaire est souvent au centre des discussions. Notre rôle en tant que "gestionnaires de la santé" est de convaincre les dirigeants des avantages dont ils peuvent bénéficier à investir dans de bons programmes. Cela diminuera les absences tout en augmentant la motivation et la productivité. L’attractivité de l’entreprise en sera même accrue, car elle veille à la santé d’une génération

Comment amener les collaborateurs à réellement se mouvoir tout en continuant de travailler?

Wieser: Prendre possession des nouveaux programmes et infrastructures de promotion de l’activité physique ne se fait pas du jour au lendemain. Cela nécessite une formation, du moins lors de la première phase d’incitation. L’attitude des cadres doit aussi évoluer. Un employé qui se lève de sa place de travail pour se déplacer doit devenir une normalité. Jeter des regards de biais ou faire des critiques amusées doit devenir inapproprié.

Combien coûte la mise en place de mesures pour promouvoir l’activité physique?

Wieser: Il ne faut pas craindre un trop gros investissement. Des mesures mineures peuvent parfaitement être efficaces si elles sont correctement mises en œuvre. En revanche, on ne peut pas s’attendre à des résultats du jour au lendemain. L’investissement sur le long terme est toutefois avantageux. Des études ont démontré que le retour sur investissement est de 1 à 3.


Informations

Biographie

Portrait d'Andreas Wieser, responsable Distribution et Gestion de la santé en entreprise au sein de la fondation Promotion Santé Suisse.

Aujourd’hui directeur de la Distribution et de la Gestion de la santé en entreprise pour la fondation Promotion Santé Suisse, Andreas Wieser a auparavant obtenu sa licence en droit à l’Université de St-Gall. Coach en sport d'élite, il travaille sur le maintien et le développement de la bonne santé et de la performance des employés et des organisations.

Dernière modification 18.05.2016

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/aktuell/interviews/2016/massnahmen-gegen-langes-sitzen-am-arbeitsplatz--welche-optionen-.html