Faire face aux créances impayées

De plus en plus de PME suisses sont pénalisées par les retards de paiement de leurs clients, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. Stratégie pour ne pas se laisser piéger.

Un stylo-bille et une calculatrice sont posés au-dessus de documents de comptabilité.

Les entreprises helvétiques sont chaque année plus nombreuses à souffrir des créances impayées. Selon l'indice européen d’Intrum Justitia, les montants passés par pertes et profits atteignent CHF 8,3 milliards en 2014, contre 7,8 milliards l’année précédente. L’endettement des sociétés proviendrait à 78% des pertes sur créances, indique l’assureur Axa-Winterthur. Alors que l’impact des retards de paiement peut être important -licenciements, recrutements différés ou dettes qui peuvent conduire à la faillite –, des solutions existent pour les PME.

Toute une série de sociétés proposent en Suisse leur service dans ce domaine; les plus connues étant le groupe scandinave Intrum Justitia, Atradius, Euler Hermes, Coface ou Axa-Winterthur. Les PME qui veulent s’assurer contre les risques de défauts de paiement peuvent leur demander de l’aide pour le recouvrement, autrement dit pour obtenir le remboursement des dettes auprès du débiteur, ou pour financer la trésorerie manquante par l’avance des créances impayées. Ces deux services cumulés se nomment factoring, ou affacturage. S’y ajoute l’assurance du crédit, pour le cas où ce dernier ne serait jamais remboursé.

Les sociétés spécialisées dans la lutte contre les défauts de paiement surveillent et s’informent sur les clients. "Nous prenons des renseignements et suivons les divers acheteurs, pour pouvoir avertir l’entreprise avant même que le défaut de paiement ne se produise, explique Christian Thury d’Axa-Winterthur. Tout est fait dans la plus grande confidentialité, qu’il s’agisse de clients business-to-business ou business-to-consumer." Ces assureurs contre les factures impayées vérifient, avant la livraison d’une marchandise, la solvabilité et l’adresse des clients, qu’il s’agisse de personnes privées ou d’entreprises. "Nous faisons 32 millions de vérification de solvabilité en Suisse chaque année et pas uniquement de personnes qui ont des difficultés de paiement", explique Thomas Hutter, managing director chez Intrum Justitia Suisse. Certains, comme Intrum, proposent une vérification en quelques secondes, qui peut s’avérer utile par exemple dans le cas d’une vente conclue par Internet.

Le prix de ces services n’est pas négligeable. "Pour une entreprise, le coût annuel d’une couverture de pertes sur débiteurs s’élève en moyenne entre 0,3 à 0,7% du chiffre d’affaires assuré; pour le factoring, c’est environ 4-5% du chiffre d’affaires financé" estime Christian Thury d’Axa-Winterthur. Lorsqu’un cabinet est mandaté pour le recouvrement d’un paiement précis, il s’octroie une commission "de 5 à 10%, lorsque le paiement est reçu", évalue Thomas Hutter. Les experts estiment à 20% le nombre d’entreprises suisses dont le chiffre d’affaires est supérieur à CHF 5 millions et qui font appel à ce type de sociétés.

Une question de vigilance

Sans forcément faire appel à l’une de ces sociétés spécialisées, plusieurs conseils pratiques peuvent être suivis par les PME pour empêcher de souffrir de créances impayées (voir encadré ci-contre). Elles doivent notamment prendre garde aux délais qui s’allongent, surtout lorsqu’il s’agit d’une entreprise bien connue. "70% des pertes d’une entreprise sont issus de pertes de clients connus depuis 20 ans", alerte Christian Thury.

Alain Borle, directeur de Pacteam, un groupe qui réalise des aménagements en Europe pour différentes marques de luxe, assure être particulièrement vigilant pour les commandes à l’étranger: "Je demande systématiquement un acompte important et le paiement à la commande. C’est la seule garantie pour que le produit soit envoyé et livré". Une affaire d’expérience, assure-t-il, intransigeant. Par ailleurs, les renseignements ne sont pas réservés aux grands cabinets: les recherches sur Google ou la plateforme Moneyhouse peuvent s’avérer utiles. Ici, comme dans beaucoup de domaines, le numérique est un outil qui offre de plus en plus de possibilités.


Informations

Sur le thème

Comment éviter les paiements en retard?

Conseils pratiques proposés par des experts du recouvrement

  • Bien connaître la qualité de son portefeuille de clients.
  • Se renseigner sur ses futurs clients.
  • Dans le contrat, expliciter les délais de la façon la plus précise possible, pour se prémunir d'un retard.
  • Etre attentif à tout allongement du délai normal de paiement.
  • Ne pas laisser des postes ouverts sous prétexte que le client est connu. La confiance peut parfois être dangereuse.
  • Ne pas envoyer trois rappels mais un seul.

Dernière modification 18.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/theme-du-mois/2014/faire-face-aux-creances-impayees.html