Pourquoi opter pour le temps de travail annualisé

L’annualisation de la durée de travail se démocratise dans les entreprises suisses. Ce système permet de mieux répondre aux fluctuations de la charge travail et fidélise les employés. Explications.

Un employé de bureau croule sous une pile de dossiers.

"Le modèle du temps de travail annualisé devient de plus en plus commun dans les PME, observe Adrian Blum, membre de la direction d'Empiricon, une société de gestion du personnel à Berne. Un nombre croissant d'entreprises nous contacte pour des conseils sur la mise en place d'un tel système."

L'annualisation du temps de travail permet aux entreprises de décompter le nombre d'heures effectuées par leur personnel sur une année entière, plutôt que sur un jour ou une semaine. Les employés peuvent ainsi répartir leurs activités en fonction des fluctuations du volume de travail et mieux gérer les périodes de congés. "Ce système remplace parfaitement les formes plus traditionnelles de planification du travail, affirme Maria Anna Di Marino, spécialiste en ressources humaines dans le canton de Vaud. Il permet de réduire au minimum le nombre d'heures supplémentaires et évite de devoir faire appel à du personnel temporaire non formé. C'est i C déal pour les sociétés qui dépendent par exemple de grosses périodes de production, d'une comptabilité importante à boucler, d'un afflux touristique ponctuel ou dépendant de la météo."

Après l'introduction du temps de travail annualisé au sein de l'administration cantonale bernoise en 2002, la société Empiricon a effectué un sondage de satisfaction auprès du personnel. 89% des personnes interrogées se déclaraient alors "fondamentalement satisfaites". L'étude montre également que le fait d'instaurer un tel système augmente l'attractivité d'un employeur sur le marché de l'emploi - un facteur d'autant plus important dans un contexte de pénurie de personnel qualifié. "Ce type de mesures attire des talents et les font rester, relève Maria Anna di Marino. Pour trouver du personnel motivé, qualifié et stable, les entreprises doivent s'ouvrir à de nouveaux modèles, qui correspondent mieux à une envie contemporaine de flexibilité et d'équilibre entre vie professionnelle et familiale."

Quelle est la meilleure manière pour une entreprise de mettre en place l'annualisation du travail? "D'abord, il convient de bien observer les fluctuations des charges de travail dans l'entreprise, conseille Ruth Derrer, responsable pour le secteur droit du travail à l'Union patronale suisse, à Zurich. Ensuite, il faut préparer une planification des activités sur l'année. Ce scénario peut alors être présenté aux employés, qui donnent leur avis et informent l'employeur sur la manière dont ils souhaitent compenser les périodes chargées." La spécialiste souligne qu'il est important de bien discuter avec les salariés avant de terminer la planification. Pour certains d'entre eux, la solution consistera à prendre de longues vacances, tandis que d'autres souhaiteront travailler à mi-temps pendant les périodes creuses. De plus, l'entreprise ne doit pas hésiter à réévaluer son organisation si la situation se développe différemment que prévu. "Il n'y a pas de remède miracle, il faut trouver des compromis avec les employés."

Côté légal, quelques points pratiques importants à relever: "Ce système entre dans un contrat classique, mais il faut y inclure un règlement de travail dédié, précise Ruth Derrer. Il faut aussi décider de la façon dont on traite le nombre d'heures restantes en cas de maladie, ou de changement du pourcentage de travail, ou même en cas de licenciement ou de départ." Pour cela, il s'agit de bien surveiller le solde d'heures au cours de l'année. Un solde positif ou négatif figure en principe sur la fiche de salaire.

Si les experts s'entendent sur le fait que l'annualisation du temps de travail ne permet pas forcément d'accroître la productivité du personnel, Adrian Blum relève que "la productivité globale de l'entreprise augmentera, car le temps de travail sera davantage adapté à la charge de travail".


Informations

Sur le thème

"Je préfère bénéficier de ce confort plutôt que d’avoir un salaire plus élevé"

Sophie travaille au secrétariat d’une entreprise romande composée d’une quarantaine de personnes. Son temps de travail est annualisé depuis deux ans déjà. "Avant j’avais un 45% traditionnel. Je travaillais deux jours et demi par semaine et prenais congé une demi-journée toutes les deux semaines." Un système qui était compliqué, et pas forcément adapté aux fluctuations de la masse de travail. "Nous avons décidé d’annualiser. Je travaille désormais à 50% la majeure partie de l’année, pour un salaire à 45%. Et l’été, quand la charge est moins lourde, je transforme ce 5% accumulé en de longues vacances plutôt que de me tourner les pouces au bureau! Au final, cette solution arrange tout le monde. Je suis présente durant les périodes les plus chargées, de septembre à novembre." Expérience faite, Sophie dit clairement que ce système la fidélise à l’entreprise. "Je préfère bénéficier de ce confort plutôt que d’avoir un salaire plus élevé."

Dernière modification 18.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/theme-du-mois/2011/pourquoi-opter-pour-le-temps-de-travail-annualise.html