Un tiers des PME ne sont pas couvertes contre les risques de change

Une calculatrice recouvre des billets de banques étrangers.

(14.03.2018) Une PME suisse sur trois n’est pas couverte contre les fluctuations de change. C’est ce qui ressort d’une enquête de Credit Suisse auprès de plus de 300 petites et moyennes entreprises. La majorité des sociétés dans ce cas n’ont simplement pas envisagé de stratégie. 

Les coûts élevés, le manque de temps ou les aspects techniques de la mise en œuvre d’une telle couverture ne font donc pas partie des principaux obstacles, observent les économistes du Credit Suisse. 

De nombreuses entreprises sont pourtant dépendantes des monnaies étrangères. La moitié des PME achètent principalement des produits ou des services en euros. Seule une entreprise sur quatre achète dans la monnaie nationale. Pour ce qui est des contrats de vente, le franc suisse est de mise dans 47% des cas. 

La grande banque a également interrogé les PME concernant leurs attentes sur le terrain monétaire. La plupart jugent que l’affaiblissement du franc suisse par rapport à l’euro survenu l’année dernière sera durable. Seules quelques entreprises estiment que le taux de change dépassera la barre des 1,20 franc pour un euro en 2018. 

En moyenne, les PME qui ont participé à l’enquête tablent sur un cours à 1,17 franc pour un euro. Pour ce qui est du dollar, elles estiment que l’évolution tendra à la parité (USD/CHF 0,99). Dans un contexte marqué par les négociations sur le Brexit, le niveau d’incertitudes le plus important vient de la livre sterling. En moyenne, les PME anticipent un cours de 1,29 franc pour une livre d’ici à la fin de l’année.


Informations

Dernière modification 14.03.2018

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/news/2018/un-tiers-des-pme-ne-sont-pas-couvertes-contre-les-risques-de-change.html