Les PME suisses pas assez protégées contre les cyberattaques

Un homme se gratte la tête face à une série d’écrans d’ordinateur piratés ou touchés par des virus.

(10.01.2018) Une nouvelle étude vient confirmer la vulnérabilité des PME suisses face à la cybercriminalité. Selon un sondage de l’institut gfs-zürich, 36% d’entre elles, soit environ 209'000, ont déjà été confrontées à des logiciels malveillants tels que virus ou chevaux de Troie. 

L’enquête montre qu’elles sont 6% (35'000) à avoir subi des pertes de données, et 4% (23'000) des manœuvres de chantage. Le vol de données concerne 2% des PME (12'000). Les auteurs de l’étude se disent surpris par l’ampleur du fléau. Ils estiment que les PME sous-estiment fortement les risques et qu’elles ne sont pas suffisamment protégées. 

Plus de la moitié (56%) des PME se sentent en effet bien, voire très bien protégées. Elles ne sont que 10% à estimer qu’il existe un risque élevé ou très élevé de devoir suspendre leurs opérations une journée en raison d’une cyberattaque. Et 4% à penser que le danger de se voir menacer dans leur existence est important ou très important. Seules 60% des PME sont équipées de protections de base (anti-virus, pare-feu, patch management, backup). 

Le sondage de gfs-zürich a été réalisé pour le compte de six organisations, dont la faîtière du secteur des technologies de l’information Information & Communication Technology Switzerland. Trois cent directeurs de PME de toutes les régions linguistiques ont été interrogés. 

Une enquête de la Haute école de Lucerne publiée en novembre 2017, concluait déjà que 40% des PME Suisses avaient subi une cyberattaque de type hameçonnage de courriels ou logiciel malveillant. Les auteurs de la recherche avaient estimé que les PME helvétiques manquaient de connaissances concernant la sécurité informatique.


Informations

Dernière modification 10.01.2018

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/news/2018/les-pme-suisses-pas-assez-protegees-contre-les-cyberattaques.html