Les PME suisses consacrent 63 heures par an à leurs obligations fiscales

Feuilles de papier qui volent.

(13.12.2017) Les PME helvétiques ont besoin de 63 heures par an en moyenne pour remplir leurs obligations fiscales. C’est bien moins que la moyenne mondiale, qui atteint 240 heures, selon l’étude Paying Taxes 2018 de PricewaterhouseCoopers et de la Banque mondiale. 

Pour les pays de l’Union européenne (UE) et de l’Association européenne de libre-échange, la moyenne s’établit à 161 heures par an. Les plateformes en ligne rendent le traitement fiscal plus efficace, soulignent les auteurs de l’étude. A l’échelle globale, ces outils numériques ont permis de réduire de cinq heures par an le temps consacré aux impôts. En Suisse, le nombre d’heures est resté stable. 

La charge fiscale qui pèse sur les entreprises est également restée stable en Suisse, à 28,8%. En moyenne mondiale, la charge fiscale des sociétés s’établit à 40,5%. Dans le classement des pays de l’UE et de l’AELE, la Suisse se situe au septième rang sur 32. Le Luxembourg, la Croatie, Chypre, le Danemark, l’Irlande et la Bulgarie affichent une fiscalité plus avantageuse pour les entreprises. 

L’étude mesure également l’investissement administratif nécessaire au remboursement de la TVA et aux corrections a posteriori des déclarations fiscales. La Suisse se trouve ici au 19e rang européen. Pour ce qui est de la simplicité du système fiscal, la Suisse se place 19e au classement mondial, et septième au classement européen. 

Quelque 190 pays ont été pris en compte dans pour l’étude Paying Taxes, qui compare les systèmes fiscaux sur la base d’une PME-type.


Informations

Dernière modification 13.12.2017

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/news/2017/les-pme-suisses-consacrent-63-heures-par-an-a-leurs-obligations-fiscales.html