La confiance règne sur le tissu entrepreneurial

Assis à son bureau, un homme d'affaires croise les bras derrière sa tête en signe de détente.

(28.12.2016) Un climat de confiance règne sur le tissu entrepreneurial helvétique à la fin de l’année 2016. Selon une étude publiée par KPMG, les sociétés du pays ne sont plus qu’un quart à estimer que la compétitivité de la Suisse est mauvaise, soit deux fois moins qu’en 2015. 

Egalement interrogées sur l’état actuel de leurs affaires, près de la moitié des entreprises s’est dite satisfaite, alors que l’autre moitié portait un regard critique. Cette répartition est demeurée quasi inchangée en rythme annuel. 

Si l’on prend en compte la taille des sociétés sondées, cette stabilité par rapport à la dernière édition de l’étude, vole en éclats. En effet, à la fin 2015, les grandes entreprises se montraient beaucoup plus négatives sur leur situation commerciale que les PME. Désormais, l’évaluation des affaires n’est plus liée à la taille des sociétés. 

Autre changement par rapport à l’année précédente: les activités de restructuration sont en forte hausse. Alors que seule une société sur deux envisageait une telle procédure en 2015, elles sont désormais près de 70%. KPMG précise que la grande majorité de ces restructurations portent sur l’organisation, les processus ou le modèle d’exploitation. 

En ce qui concerne les défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs helvétiques, l’étude relève que la pression sur les prix à l’échelle nationale et internationale figure en tête de liste, avec respectivement 61% et 75%. Les liens entre la Suisse et l’UE préoccupent aussi les milieux économiques. Ainsi, 65% des personnes interrogées redoutent les conséquences néfastes d’une résiliation des accords bilatéraux.


Informations 

Dernière modification 28.12.2016

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/news/2016/la-confiance-regne-sur-le-tissu-entrepreneurial.html