Morosité dans l’industrie MEM

Plan rapproché d'une machine industrielle.

(25.11.2015) La combinaison entre franc fort, conjoncture européenne morose et cherté de la main-d’œuvre pèse sur les PME de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM). Selon un sondage de Swissmechanic, seuls un tiers des patrons sont positifs.

Plus précisément, l’étude de l’association faîtière des entreprises actives dans la mécanique, la technique et l’électrotechnique - qui porte sur le troisième trimestre 2015 - révèle que 37% des sociétés de la branche considèrent l’évolution de leur chiffre d’affaires comme satisfaisant. En ce qui concerne le bénéfice, le pourcentage tombe à 31%.

A l’inverse, respectivement 62% et 48% des personnes interrogées déplorent des résultats et des recettes décevants. Déjà sous pression depuis des années, les marges se sont encore réduites durant les trois mois sous revue, précisent les sondés.

Pas moins de 3'000 places de travail ont déjà dû être biffées depuis le début de l’année. D’après les estimations de Swissmechanic, ce chiffre pourrait doubler d’ici la fin décembre. Près de 14% des entrepreneurs interrogés escomptent d’ailleurs de nouvelles réductions d’effectifs. Le sondage montre en outre qu’environ un patron sur cinq (18%) prévoit des délocalisations.

Suite à l’abolition du taux plancher euro-franc, de nombreuses mesures ont été adoptées afin de lutter contre des hausses de prix parfois massives: diversification des marchés, concentration des activités, optimisation de la production, etc. L’enquête de Swissmechanic met le doigt sur le fait que durant la période sous revue, quelque 13% des entreprises ont par ailleurs eu recours au chômage partiel, soit 3% de plus qu’au trimestre précédent.

Informations

Dernière modification 25.11.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/news/2015/morosite-dans-l-industrie-MEM.html