Credit Suisse revoit ses prévisions de croissance à la baisse

Une calculatrice et un crayon rouge sont posés sur un tas de billets de francs suisses.

(23.12.2015) La croissance helvétique devrait être moins forte que prévu en 2016. Alors qu’ils tablaient précédemment sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,2%, les économistes de Credit Suisse anticipent désormais une augmentation de l’ordre de 1% seulement.

En raison de la force du franc, qui continue à peser sur les exportations, l’économie intérieure poursuit son ralentissement, précise le numéro deux bancaire suisse. Et de rappeler que le niveau de croissance escompté se situe nettement en dessous du potentiel à long terme.

Si la poursuite de l’immigration, l’augmentation du pouvoir d’achat, ainsi que les intérêts de crédits favorables tirent la conjoncture vers le haut, l’économie nationale n’en reste pas moins fragilisée. Selon les experts de Credit Suisse, une nouvelle appréciation de la devise helvétique serait en particulier difficile à supporter.

Les observateurs partent du principe que la Banque nationale suisse (BNS) poursuivra sa politique d’intérêts négatifs au minimum jusqu’à la fin de l’année 2016. Peut-être même que l’institut d’émission réduira encore les taux.

Un peu moins d’un an après l’introduction de ces intérêts négatifs, Credit Suisse dresse un premier bilan et constate qu’ils commencent à avoir les répercussions espérées sur les investisseurs en franc et sur les banques étrangères.

Par contre, il ressort d’une enquête auprès des PME helvétiques que l’environnement de taux bas de ces dernières années n’a pas massivement dopé les investissements des entrepreneurs. Moins d’un patron sur trois indique avoir davantage mis la main au porte-monnaie. Parmi eux, la majorité rapporte avoir investi dans l’immobilier.

Informations

Dernière modification 23.12.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/news/2015/CS-economie-suisse-2016.html