"La Suisse fait rêver les entrepreneurs"

Installer son entreprise sur sol helvétique, certains dirigeants de PME font ce choix. Témoignage de Benjamin Ergas qui, du Brésil, a déplacé le siège de sa holding à Lausanne. 

Une situation économique et politique stable, une réputation excellente, des aides à l’installation, du personnel qualifié et un cadre de vie agréable, ces arguments font de la Suisse un pays attractif pour les entreprises. Certaines PME n’hésitent pas à délocaliser leur siège de l’étranger pour venir s’installer ici. Benjamin Ergas, co-fondateur et associé directeur de EFW Capital Advisors, témoigne. Il a quitté Sao Paolo en 2015 pour déplacer une partie des activités de sa société dans le canton de Vaud. 

Vous avez créé vos sociétés au Brésil, avant de transférer une partie de votre activité en Suisse. Comment s’est opéré ce changement?

Benjamin J-Y Ergas: Au Brésil, j’ai créé diverses sociétés actives dans le secteur de l’investissement durable, avec comme constante l’innovation appliquée à la problématique de la pénurie de ressources naturelles. En 2014, le Swiss Business Hub du Consulat suisse de Sao Paolo nous a approchés pour nous présenter les avantages du transfert de certaines de nos activités sur le sol helvétique. Comme cette perspective de développement professionnel m’intéressait, j’ai été mis en contact avec Switzerland Global Enterprise (S-GE) et les promotions économiques des cantons de Vaud et Genève, dont les tissus économiques sont très actifs dans nos domaines d’activités, surtout en matière de finance durable et d’innovation.

La période correspondait aussi à un moment où il me semblait laborieux de développer certains projets au Brésil. Les propositions suisses correspondaient à nos attentes et besoins. Comme une partie de notre activité était déplaçable, nous avons installé le siège de notre société EFW Capital Advisors à Lausanne, fin 2015. 

Concrètement, comment la mise en place de votre société s’est-elle déroulée?

Ergas: En amont, nous avons déterminé dans quel canton nous souhaitions nous installer. J’ai opté pour le canton de Vaud, sur la base de critères objectifs, et tout un réseau d’aide s’est mis en place. J’ai été mis en contact avec des avocats, des banques et les services administratifs utiles. Comme je suis francophone, les démarches n’ont pas été trop ardues pour moi. Ce professionnalisme me change du Brésil où tout semblait un peu compliqué et long à mettre en œuvre.

Sur le plan personnel, j’ai aussi obtenu de l’aide pour m’installer à Lausanne, tout comme les deux collaborateurs brésiliens qui m’ont suivi dans cette aventure. Toutefois, l’idée n’était pas de venir en Suisse avec tout mon staff étranger, mais de contribuer au développement économique local en recrutant du personnel ici. Nous avons embauché et, actuellement, cinq personnes travaillent dans notre holding vaudoise. 

Qu’est ce qui vous a séduit en Suisse?

Ergas: Plusieurs choses. Premièrement, la stabilité du cadre règlementaire rassure nos investisseurs et est idéal pour le dépôt de brevets. En second lieu, le pays et son puissant label "Swiss made" jouissent d’une réputation excellente à l’étranger. Enfin, la Suisse est un terrain fertile pour qui travaille dans l’innovation et le développement durable. Ici, le savoir-faire en ingénierie, les infrastructures, le niveau de formation et la qualité de vie nous permettent d’œuvrer dans de bonnes conditions et de recruter des personnes hautement qualifiées.

La position géographique de la Suisse et sa taille modeste sont aussi importantes pour nous. A Lausanne, nous sommes à proximité de nos marchés cible et nous pouvons facilement rencontrer les personnes avec qui nous souhaitons travailler. La Suisse est aussi un acteur très important dans l’univers de la finance durable. Je pense à la valeur ajoutée du hub "Sustainable Finance Geneva", notamment. 

Quels sont les points négatifs de l’installation de votre société en Suisse?

Ergas: Le coût élevé de la main d’œuvre peut rebuter. Pour notre société Zasso, spécialisée dans le désherbage électrique permettant d’éviter l’utilisation de glyphosate, nous avons d’ailleurs préféré installer un de nos pôles de développement et innovation en Allemagne, même si toute la gouvernance et gestion des brevets continue à se faire à partir de Lausanne.

D’un point de vue financier, il m’a aussi paru difficile d’obtenir certains soutiens. Contrairement aux habitudes du monde anglo-saxon, les investisseurs helvètes sont plus frileux et prennent moins de risques. Mais nous avons malgré tout réussi à persuader des partenaires, et constatons aujourd’hui une très bonne évolution de nos activités. 

Après deux années d’exercice, êtes-vous satisfait de votre choix?

Ergas: Extrêmement satisfait. Les cadres de vie et de travail sont idéals. Notre taux de productivité est extrêmement satisfaisant. En Suisse, une fois que les choses sont mises en place, tout évolue de manière fluide et efficace. Les bases de notre entreprise sont solides. La Suisse, sa réputation et son image, continuent à faire rêver les entrepreneurs comme moi.


Informations

Biographie

Portrait de Benjamin Ergas, associé directeur de EFW Capital Advisors

Français d’origine, Benjamin J-Y Ergas est diplômé en économie. Il a suivi son cursus universitaire au Williams College, dans le Massachusetts, puis à la London Business School. Il a débuté sa carrière professionnelle dans la filière anglaise de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley, avant de s’installer à Chicago et d’y travailler pour le fond d’investissement Coghill Capital Management. En 2007, il s’expatrie au Brésil pour y créer diverses sociétés. A Sao Paolo, il fonde une usine de transformation de biogaz et conseille diverses organisations en matière d’investissements et de développement d’innovations durables.

Depuis 2015, il y est le co-fondateur et associé directeur de EFW Capital Advisors, une entreprise spécialisée dans la finance et le développement durable.

Dernière modification 06.06.2018

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2018/la-suisse-fait-rever-les-entrepreneurs.html