"Ne jamais faire cavalier seul au démarrage"

Mateo Meier a créé son agence de marketing digital il y a quatre ans. Dans un secteur du numérique toujours en mouvement, il a réussi à asseoir sa position sur le marché. Explications.

 

 

L’optimisation pour les moteurs de recherche, les relations publiques en ligne et le marketing sur les réseaux sociaux constituent les trois piliers d’Online marketing. Cette entreprise de cinq personnes, créée en 2011 à Steinhausen (ZG), compte parmi ses clients Forster, un fabricant de cuisines équipées, et plusieurs grandes entreprises IT. Avec une croissance annuelle de 35%, la société a su trouver sa place dans un secteur en constante évolution. Son fondateur, Mateo Meier, nous explique quels caps a dû franchir la PME pour en arriver là.

Quelles étaient vos motivations au moment de lancer votre entreprise?

Mateo Meier: Je souhaitais créer de nouveaux modèles publicitaires qui réunissent fournisseurs et clients. Dans la publicité classique, les consommateurs sont confrontés à des produits et à des services dont ils n’ont pas besoin la plupart du temps. Le marketing online a pour but, grâce à une utilisation ciblée des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, de mettre en relation ces consommateurs avec les produits qui les intéressent vraiment.

Comment avez-vous financé la création de votre société?

Meier: Avec des moyens privés. J’ai proposé mon concept à plusieurs banques, mais malheureusement je n’ai obtenu aucun prêt. Apparemment, les banques restent encore très frileuses à l’idée de financer des projets dans le domaine digital. Toutefois, le capital nécessaire a été rapidement réuni et je me suis décidé pour le modèle de la société anonyme. Celui-ci était idéal pour construire une entreprise bien structurée et sur le long terme.

Outre le financement, quels ont été les plus grands défis?

Meier: Au départ, ce n’était pas évident de trouver les bons collaborateurs, le marketing digital étant un domaine de niche. Je disposais de peu d’expérience en matière de ressources humaines, tout en ayant des attentes bien précises. J’ai finalement rencontré mon employé à un événement de Junior Chamber International (JCI), un réseau de jeunes entrepreneurs. Pour mieux repérer de nouveaux talents, j’ai aussi proposé des stages dès la première année.

Comment avez-vous réussi à asseoir votre position sur le marché?

Meier: Le marketing digital est par définition un marché d’avenir puisque toujours plus d’entreprises s’éloignent des modèles publicitaires classiques. Le marché suisse est toutefois encore marqué par une certaine prudence. Lorsqu’une entreprise choisit de faire de la publicité sur une affiche, l’investissement est tout de suite visible pour elle. Avec le marketing digital, le produit est plus abstrait et le résultat non visible immédiatement. Nous devons par conséquent toujours effectuer un travail de persuasion.

Le marché est récent et évolue rapidement. Comment vous distinguez-vous de vos concurrents?

Meier: Le plus important consiste à se tenir au courant et à suivre les évolutions technologiques dans le domaine du web et des réseaux sociaux. Ensuite, le cycle de vie de nos produits est court. Les habitudes et les préférences des consommateurs évoluent constamment. Nous avons donc développé, pour avoir un argument de vente supplémentaire, une offre de Relations publiques en ligne. Il s’agit, concrètement, de créer du contenu rédactionnel sur internet et les réseaux sociaux pour nos clients. Cela représente clairement un plus par rapport à nos concurrents.

Que conseillez-vous à de jeunes entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans le marketing digital?

Meier: L’important est de ne jamais faire cavalier seul au démarrage. Il faut avoir un partenaire avec qui il est possible d’échanger régulièrement. Du courage est aussi nécessaire pour emprunter de nouvelles voies et proposer des services ou des produits qui n’existent pas encore sur le marché. Il faut aussi toujours garder un œil sur les finances. Avant de se lancer comme indépendant, il est conseillé de déjà avoir un réseau sur lequel on peut compter. Pour ma part, j’ai fréquenté pendant cinq ans des événements avant de créer mon entreprise, afin de nouer des contacts et de mieux connaître la branche.

 

 


Informations

Biographie

Portrait de Mateo Meier, CEO de Online marketing.

Mateo Meier, 32 ans, est indépendant depuis ses 19 ans. Il a obtenu, en cours d’emploi, un diplôme à la Miami International University et à la School of Management and Law à Winterthour. En 2001, il a fondé sa société Artmotion, qui propose des solutions informatiques (hébergement et IT) aux entreprises. Il a ensuite créé Online Marketing grâce au succès de sa première entreprise.

Dernière modification 27.09.2019

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2015/ne-jamais-faire-cavalier-seul-au-demarrage.html