"L’important est de créer une équipe et non de cumuler des mandats"

Choisir les membres du conseil d’administration d’une PME n’est souvent pas chose aisée. Il convient de trouver des personnalités complémentaires présentant les bonnes compétences.

A l’heure où les conseils d’administration au sein des PME se professionnalisent toujours davantage, comment choisir les bons représentants? Quels sont les critères à observer? Les pièges à éviter? Fondatrice du cabinet genevois Ethys, actif dans le recrutement et l’accompagnement de cadres pour les secteurs de l’immobilier, de l’industrie, du commerce et des collectivités publiques, Christiane Morel nous donne quelques éléments de réponse. Interview.
 
Quelle est la situation actuelle au sein des conseils d’administration dans les PME suisses?
 
Christiane Morel:
La plupart des PME, notamment les petites entreprises familiales, sont très contentes de leur conseil d’administration et ne se sentent pas concernées par la question de la professionnalisation. Lorsque l’on s’intéresse aux membres des conseils d’administration dans ces entreprises, on trouve très souvent le banquier, l’avocat, des amis ou des membres de la famille. La situation est bien sûr différente dans les PME plus importantes, notamment celles constituées sous la forme d’un SA. Néanmoins, toutes les entreprises sont conscientes de cette tendance et s’intéressent de plus en plus à la recherche d’administrateurs extérieurs pouvant apporter de nouvelles compétences.
 
Quels sont les profils qui peuvent apporter un plus au sein d’un conseil d’administration?
 
Morel:
Il est souvent profitable de diversifier les profils. Par exemple, on trouve encore très peu de femmes dans les conseils d’administration. Mais il est aussi important de mélanger les âges pour penser «out of the box». Dans ce domaine, il s’agit aussi bien de trouver des personnes plus âgées qui souhaitent demeurer actives et transmettre leur savoir que des jeunes entrepreneurs dynamiques. On parle souvent de l’apport des seniors, mais il ne faut pas oublier les juniors dont beaucoup ont tout compris au monde des affaires d’aujourd’hui. Le plus important est de créer une équipe et non de cumuler des mandats. Il s’agit de constituer un ensemble qui ne pense pas d’une même voix. Il faut des avis contradictoires qui puissent enrichir le débat et non uniquement valider les choix de l’équipe dirigeante.
 
Justement, comment les entreprises doivent-elle s’y prendre pour trouver le bon administrateur et constituer l’équipe idéale?
 
Morel:
Il est utile de travailler avec une personne de confiance externe qui aide le responsable d’entreprise à trouver le bon profil. Il est essentiel de mettre à plat tous les aspects stratégiques et trouver les compétences pour poursuivre le développement de la société, par exemple lorsqu’il s’agit d’acquérir de nouveaux marchés. Il faut d’abord établir un portrait-type des personnalités et des profils que l’on souhaiterait avoir, puis fixer un mini cahier des charges lié aux compétences recherchées. Il peut par exemple se révéler très utile pour une petite entreprise familiale de s’entourer d’anciens numéros un de grandes sociétés se trouvant en début de retraite et ayant envie de se pencher sur leur cas.
 
Quelles compétences particulières peuvent apporter les femmes au sein d’un conseil d’administration?
 
Morel:
Les femmes apportent une vision stratégique et des aptitudes de mangement différentes. Elles voient les choses sous un autre angle. Je dirais, pour résumer, que les femmes managers sont souvent pragmatiques et lucides. Elles ont souvent des ambitions plus mesurées et avancent uniquement lorsqu’elles sont sûres de leur coup. Cela s’observe notamment dans la création de start-up où les femmes fonctionnent souvent avec les moyens du bord avant de demander des financements de plusieurs centaines de milliers de francs.
 
Quels sont les risques ou les pièges à éviter?
 
Morel:
Le risque principal consiste à ne pas être assez attentif à la constitution d’une vraie équipe. Il faut aussi faire des analyses de personnalité et trouver des complémentarités. Il faut également évaluer les risques de clash, c’est-à-dire des types de personnalités non compatibles. Cela peut par exemple arriver avec des personnes présentant des attitudes de star ou des personnes très égocentriques ou susceptibles. Il faut donc se montrer très prudent avec certains traits de personnalité. A contrario, il faut rechercher des personnes qui aiment travailler de manière collégiale, qui sont respectueuses du savoir de l’autre et qui ne vont pas essayer de ramener à elles tout ce que l’autre va dire.
 
Quel est la taille idéale d’un conseil d’administration?
 
Morel:
Je ne pense pas qu’il y ait une taille idéale. Néanmoins, il est utile de trouver un nombre impair pour faciliter les majorités. 5 personnes représentent selon moi un bon chiffre pour une PME; au-delà de 8, cela n’a plus beaucoup de sens.
 
Qu’en est-il des rémunérations?
 
Morel:
Les PME ont souvent peur de devoir payer très cher un administrateur. Or, je me rends compte que les personnes qui cherchent à siéger dans un conseil d’administration ne le font souvent pas pour l’argent. Elles ont souvent surtout envie de continuer à participer au système. Passé un certain âge, elles ont envie de devenir des mentors, de transmettre leur expérience. Pour les plus jeunes, il s’agit surtout d’acquérir de l’expérience. En moyenne, il faut compter entre CHF 10'000 et CHF 15'000 par an et par administrateur pour 4 à 6 séances plénières et une disponibilité en cas de gestion de crise. Cela reste abordable pour une PME.


Informations

Biographie

Portrait de Christiane Morel, fondatrice du cabinet Ethys.

Après une formation à l’école supérieure de commerce et de gestion Emlyon (Lyon), Christiane Morel entre en 1986 au sein du groupe saint-gallois Sopac, spécialisé dans le conseil d’investissement en personnel. Après avoir racheté, puis revendu au groupe l’antenne romande, elle fonde à Genève en 2000 le cabinet Ethys, actif dans le recrutement et l’accompagnement de cadres.

Dernière modification 11.10.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2015/important-equipe-cumuler-mandats.html