"CEO pendant six ans, j’ai pris des bonnes décisions comme des mauvaises"

Arnaud Bertrand a fondé HouseTrip en 2009, puis s’est retiré de l’opérationnel en 2014. Il tire les leçons de ses années passées à la tête de l’entreprise.

Plateforme communautaire proposant des solutions d’hébergement, en alternative à l’hôtel, la société HouseTrip a connu depuis son lancement en 2010 une progression fulgurante. Passée en cinq ans de 300 hébergements à près de 400'000 et de deux employés à 220, la petite PME lausannoise a su trouver sa place sur le marché du tourisme. Le fondateur et ancien CEO, Arnaud Bertrand, relate son expérience.

Comment s’est développé HouseTrip?

Arnaud Bertrand: Nous avons eu l’idée de cette plateforme de location d’hébergements avec ma femme à la suite d’un stage à Londres, effectué dans le cadre de nos études à l’Ecole hôtelière de Lausanne en 2007. Nous avons concrétisé cette idée dès 2009, après notre diplôme. Nous avions eu de la peine à trouver à Londres un logement autre qu’un hôtel et les sites existants à l’époque ne nous satisfaisaient pas. Il nous a ensuite fallu une année pour lever les fonds nécessaires, répertorier des propriétés, trouver les développeurs web et créer le site.

Quelles sources de financement avez-vous trouvé pour vous lancer?

Bertrand: Nous avons rapidement reçu des prix, tels que le Prix Strategis de HEC et le Venture Kick. Outre l’aspect financier, ces prix ont apporté de la légitimité à notre projet et ont encouragé les investisseurs à croire en nous. Depuis 2010, nous avons reçu une vingtaine de prix et récompenses. Le magazine anglais The Times nous a même classés parmi les cinq meilleurs sites de voyage.

Quel est votre modèle d’affaire?

Bertrand: Nous avons surtout des investisseurs privés, et nous prenons une commission de 10 à 20 % sur une réservation. Pour le moment, HouseTrip génère un revenu, mais pas encore de bénéfices.

Quels sont les concurrents d’HouseTrip et comment est-ce que vous vous en différenciez?

Bertrand: Nos principaux concurrents sont Home Away et Airbnb, deux entreprises américaines. Le premier site fonctionne comme un système de petites annonces: les propriétaires paient pour être listés à l’année et toutes les transactions se font entre le propriétaire et le locataire. En servant d’intermédiaire, HouseTrip permet d’éviter les fraudes et chacun peut s’inscrire gratuitement pour mettre sa propriété en location. Par ailleurs, même si nous sommes proches du fonctionnement d’Airbnb ; contrairement à eux, nous ne proposons que des propriétés entières, pas de chambre d’amis ou de canapé. Nous avons également un programme de fidélité.

Quel est votre public cible?

Bertrand: Nous avons des propriétés recensées virtuellement dans tous les pays du globe, mais avec une concentration de 90% en Europe. Etant donné que nous mettons à disposition des villas ou des appartements entiers, ce sont essentiellement des familles qui réservent sur HouseTrip.

Vous vous êtes retiré des affaires en septembre 2014. Pourquoi?

Bertrand: Ma femme et moi avons effectivement quitté l’opérationnel de HouseTrip en septembre dernier, pour préserver notre santé, mais nous restons actionnaires. En six ans passés à ce poste, j’ai pris de bonnes décisions mais également des mauvaises. Je suis en train d’écrire un livre dans lequel je raconte l’aventure d’HouseTrip et mets en évidence les points importants de mon expérience d’entrepreneur. Ce sont des conseils pratiques qui m’ont manqué à l’époque, et peut-être permettrai-je ainsi à d’autres d’éviter certaines erreurs.

Que pouvez-vous donc conseiller aux jeunes entrepreneurs?

En premier lieu, il faut savoir s’entourer des bonnes personnes. Pour être sûr à 100% d’engager le meilleur collaborateur, le processus de recrutement doit être diligent. Il ne faut pas hésiter à recevoir cinquante personnes par poste si nécessaire.

Ensuite, il faut mettre en place un système de management dans lequel les employés sont autonomes. Vouloir tout garder sous contrôle est une erreur que j’ai faite, et j’ai fini par perdre pied lorsqu’HouseTrip a pris beaucoup d’ampleur. Le rôle de CEO est très important, notamment en matière de stratégie et de surveillance de la concurrence. Il ne faut pas se perdre dans la gestion du quotidien.

Troisièmement, je recommanderais de ne jamais agir contre sa raison. De nombreuses personnes cherchent à influencer les décisions d’un CEO, notamment les investisseurs ou le conseil d’administration, et il est facile de vouloir faire plaisir à l’une de ces personnes. Il est important d’analyser les situations et de faire sienne une décision. Cela peut être difficile, mais il faut toujours garder en tête la bonne santé de l’entreprise à long terme.

Mon quatrième conseil serait de tout faire pour que l’entreprise soit dirigée par les clients. Il me paraît difficile de faire quelque chose de faux si l’on écoute les commentaires des utilisateurs et qu’on cherche à s’améliorer en cas de mécontentement.

Enfin, il faut faire attention aux dépenses marketing. Si l’on commence à trop payer pour attirer des visiteurs, c’est qu’on n’est pas suffisamment apprécié. Il faut que les clients viennent spontanément pour devenir rentable.


Informations

Biographie

Portrait d'Arnaud Bertrand, fondateur de HouseTrip.

Né le 28 août 1984 à Montélimar, en France, Arnaud Bertrand est venu à Lausanne étudier à l’Ecole hôtelière. Dès l’obtention de son diplôme en 2009, il fonde avec sa femme Junjun Chen Bertrand HouseTrip qui connait un développement rapide. Il se retire de l’opérationnel en 2014.

Dernière modification 11.10.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2015/ceo-decisions-mauvaises.html