"Nous souhaitons créer une expérience de vie à la ferme"

Cultiver des fruits et des légumes tout en offrant un cadre pour des sorties d’entreprise ou en famille. Voilà le concept de la société zurichoise Jucker Farm.

Il n’est pas toujours facile pour un agriculteur de diversifier ses activités. Or, les possibilités sont nombreuses, notamment dans le domaine de l’organisation d’événements. C’est la voie qu’a choisie Martin Jucker, co-fondateur de l’entreprise Jucker Farm. Il nous explique son parcours. Interview.

Pourriez-vous nous décrire votre modèle d’affaires?

Martin Jucker: Nous dirigeons trois fermes différentes situées à Seegräben (ZH), Rapperswil-Jona (SG) et Rafz (ZH). Les deux premières sont devenues des destinations connues pour des excursions de familles et d’entreprises. Sur notre site de Rafz, nous produisons beaucoup de fruits et de légumes, notamment des asperges et des courges, que nous vendons dans nos propres magasins, ainsi qu’à de grands distributeurs de la région de Zurich. Nos courges sont consommées dans toute la Suisse: près de la moitié des courges achetées en Suisse sont produites sur notre site de Rafz. Nos produits artisanaux ne sont pas uniquement vendus, mais aussi utilisés dans nos restaurants qui s’occupent également du catering des 600 événements d’entreprise et séminaires qui se déroulent chaque année dans nos fermes. Le cœur de notre modèle d’affaires consiste à créer une expérience de vie à la ferme dans son ensemble.

C’est-à-dire?

Jucker: Les visiteurs mangent les produits agricoles que nous produisons, tout en prenant connaissance du processus de culture des fruits et légumes. Par exemple, en les cueillant eux-mêmes.

Comment vous est venue l’idée de mélanger agriculture à aspects plus événementiels?

Jucker: Nos fermes telles qu’elles existent aujourd’hui sont le résultat d’une somme d’idées différentes dont certaines ont fonctionné et d’autres pas. Tout a véritablement commencé lorsque nous nous sommes lancés dans la courge, en 1997. Nous étions à la recherche d’une nouvelle culture et notre choix s’est révélé judicieux: les courges sont en effet très attractives visuellement, notamment dans la cour d’une ferme. Nous avons donc décidé de mettre sur pied une exposition de courges qui a beaucoup plus à nos visiteurs. Au fil des ans, nous nous sommes rendus compte que la demande et le désir des gens à venir à la ferme était très marqué. Nous avons donc développé notre offre dans cette direction.

Quelles ont été les principales étapes de votre développement?

Jucker: L’événement déclencheur le plus important a été notre exposition initiale de courges. Nous avons ensuite créé un restaurant de ferme, puis, quelques années plus tard, nous avons débuté nos événements pour entreprises à la ferme. Aujourd’hui nous comptons des clients comme Sunrise, Swiss ou Huber+Suhner, mais aussi des PME comptant entre 15 et 50 personnes. Ces événements peuvent consister en des repas annuels, des sorties avec la clientèle ou des séminaires d’un jour réunissant jusqu’à 80 personnes. Nous proposons aujourd’hui des programmes-cadres comme les "jeux olympique de la ferme" ou des ateliers de boulangerie. En 2013, nous avons lancé une nouvelle offre: un labyrinthe construit dans une plantation de pommiers à l’attention des enfants. Enfin, en janvier 2014, nous avons lancé notre "festival de la paille", qui consistait en des expositions de figures en paille et différentes variétés de graines. Nous prévoyons de renouveler cette expérience chaque année en faisant évoluer le concept.

Quelles ont été les principales difficultés que vous avez rencontrées dans votre parcours d’entrepreneur?

Jucker: Trouver des manières novatrices d’exercer la profession d’agriculteur n’a pas été simple: le secteur de l’agriculture est extrêmement réglementé et bureaucratique en Suisse. Il y une quantité énorme de formalités administratives à traiter.

Combien d’employés comptez-vous?

Jucker: Au cours de l’année, environ 150 personnes travaillent dans nos exploitations. Davantage durant les périodes de cueillette. Celles-ci se répartissent sur toutes les saisons: la rampon en hiver, les asperges en avril-juin, puis c’est au tour des cerises, des fraises, des myrtilles, des pommes et, en automne, des courges.

Combien de clients avez-vous accueilli l’année dernière et à combien s’est élevé votre chiffre d’affaires?

Jucker: Nous préférons ne pas communiquer de chiffres. Disons que nous avons suffisamment de visiteurs pour développer constamment nos fermes et que nous sommes satisfaits de nos résultats.

Combien coûte un événement d’entreprise?

Jucker: Cela dépend du budget du client, de la date et du programme. Avec CHF 130 par personne, on peut en général mettre sur pied quelque chose de très beau.

Quelles évolutions avez-vous pu observer ces dernières années sur le marché suisse de l’alimentation?

Jucker: Je dirais que l’on assiste à une tendance toujours plus marquée vers la consommation de plats régionaux, même chez les grands distributeurs. Cela nous réconforte dans notre stratégie de vendre autant que possible des produits "faits maison".

Enfin, quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur qui souhaiterait lancer une entreprise en Suisse aujourd’hui?

Jucker: D’avoir le courage d’essayer ses idées et de faire des erreurs. Ceci dit, nous sommes des entrepreneurs et non des consultants!


Informations

Biographie

Portrait de Martin Jucker, co-fondateur de l’entreprise Jucker Farm.

Né en 1972, Martin Jucker a grandi à Seegräben (ZH). Après un apprentissage dans la culture de fruits à l’école d’agriculture "Strickhof" et des formations dans la gestion d’entreprise et le marketing, il fonde en 1997, avec son père et son frère Beat, la société Jucker Farm.

Dernière modification 21.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2014/nous-souhaitons-creer-une-experience-de-vie-a-la-ferme.html