"Les futurs indépendants apprécient l’aide apportée par StartBiz"

Depuis 2004, la Confédération met à disposition des créateurs d’entreprises une plateforme internet gratuite pour leurs démarches administratives.

En dix ans, près de 34'000 sociétés ont été fondées grâce à StartBiz. Un site internet au fonctionnement simple: les créateurs d’entreprise répondent à un questionnaire en ligne sur la forme juridique, le nombre d’employés ou encore les secteurs d’activités envisagés. Sur cette base, le système leur livre une vue d’ensemble des formalités nécessaires pour accéder à l’indépendance professionnelle. Ils peuvent également, depuis n’importe quel canton, s’inscrire directement en ligne auprès des services compétents: registre du commerce, AVS/AI/APG, TVA ou encore assurances-accidents. Philippe Zimmermann, responsable de la plateforme au SECO, nous explique comment elle ne cesse d’évoluer depuis 2004.

Comment l’aventure StartBiz a-t-elle commencé?

Philippe Zimmermann: La création de la plateforme est partie d’un constat: en 2001, il n’existait aucun portail central pour créer son entreprise en Suisse, mais une série d’offices fédéraux et cantonaux auxquels il fallait s’adresser pour obtenir des renseignements. Pour faciliter aux Suisses le chemin vers l’indépendance professionnelle, le SECO a décidé de mettre en ligne le Portail PME pour réunir, en un même lieu, toutes les informations nécessaires. StartBiz en a été la suite logique. Les créateurs de société avaient déjà l’habitude de faire des démarches en ligne dans le domaine privé, avec l’e-banking par exemple; ce qui mettait une certaine pression au secteur public. Le déclencheur a finalement été une décision du Conseil fédéral dans le cadre de "l’encouragement de la création de nouvelles entreprises" pour la création d’un portail électronique. En 2004, StartBiz naissait permettant aux fondateurs de PME non seulement d’obtenir des renseignements, mais aussi de faire leurs inscriptions administratives directement en ligne.

Comment la plateforme a-t-elle évolué?

Zimmermann: La base de départ, soit la possibilité de créer en ligne les formes d’entreprises les plus importantes, n’a pas changé, qu’il s’agisse d’une entreprise individuelle, d’une Sàrl, d’une société anonyme, d’une société en nom collectif ou d’une société en commandite. Les processus ont par contre évolué. Au début, l’inscription générait un courriel traité ensuite par un collaborateur en coulisse. Aujourd’hui, avec la transformation de la plateforme et l’insertion de la signature électronique SuisseID, la création peut se faire automatiquement, du début à la fin. A l’avenir, nous allons surtout nous concentrer sur l’ergonomie du site, dans le but de le rendre encore plus lisible pour le plus grand nombre.

Le but de StartBiz est de faciliter la création d’entreprises en Suisse et d’aider tous ceux qui souhaitent devenir indépendants. Avez-vous l’impression que la plateforme a atteint son objectif?

Zimmermann: En 2013, le site internet a concentré 14% des inscriptions d’entreprises individuelles au registre du commerce. Ce chiffre montre que de nombreux fondateurs d’entreprises et futurs indépendants apprécient l’aide apportée par StartBiz. Et il y a tous les autres qui ne finalisent pas leurs inscriptions sur StartBiz, mais viennent déjà s’informer: ils répondent aux questions, obtiennent une check-list et contactent les offices eux-mêmes.

Le service fourni par StartBiz est-il unique en Suisse?

Zimmermann: Oui, c’est unique parce que nous disposons des ressources et contacts nécessaires pour relier à une même plateforme tous les services concernés par la création d’entreprises. Vous pouvez imaginer la difficulté de créer une seule interface pour fédérer des offices non seulement fédéraux, mais aussi cantonaux.

Qu’est-ce qui vous différencie de sociétés privées comme startups.ch ou IFJ?

Zimmermann: Nous ne sommes pas en concurrence avec ces services d’aide aux créateurs d’entreprise. Axé sur le "e-governement", notre objectif est essentiellement de digitaliser et de faciliter les processus administratifs. Emoluments mis à part, l‘utilisation de StartBiz est gratuite. Nous n’offrons pas de services additionnels comme ces sociétés privées. Nous n’allons pas aider les personnes qui souhaitent devenir indépendantes à ouvrir un compte à la banque ou leur donner des conseils sur les risques, les assurances à souscrire ou l’optimisation fiscale. Nos tâches sont complémentaires. D’ailleurs, certaines de ces sociétés utilisent StartBiz et nous sommes en contact régulier avec elles pour améliorer notre offre.

Comment voyez-vous l’avenir de StartBiz?

Zimmermann: Nous imaginons sans cesse ce que nous pouvons faire de plus pour être utile aux entrepreneurs! Aujourd’hui, StartBiz sert à la création d’une société et c’est tout. Or, nous pourrions imaginer qu’il serve à des démarches ultérieures, comme des changements au registre du commerce, des déclarations d’impôts, de TVA et pourquoi pas pour des demandes d’autorisations de construire. Une vision à long terme pour éviter la multiplication des logins, des données stockées à plusieurs endroits. Ce meta-portail faciliterait les démarches des PME comme des grandes entreprises, tout en respectant les compétences cantonales et communales. Mais mettre en œuvre un tel portail prendra du temps, parce que les offices, communaux notamment, n’ont pas tous des interfaces digitales.

Avez-vous l’impression d’être soutenu pour la création de ce "meta-portail"?

Zimmermann: Nous recevons les ressources nécessaires pour développer ce portail d’entreprise général qui fait consensus, parce que tout le monde s’accorde pour dire qu’un tel service serait utile à l’économie. Nous nous inspirerons des modèles de "one-stop-shop" ou guichet unique, qui existent à l’étranger, tout en les adaptant aux conditions cadres suisses.


Informations

Biographie

Portrait de Philippe Zimmermann, responsable de StartBiz.

Philippe Zimmermann est responsable du Portail PME et de la plateforme StartBiz. Diplômé en Sciences économiques de l’Université de Berne, il travaille pour le SECO depuis mai 2013.

Dernière modification 21.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2014/futurs-independants-apprecient-aide-apportee-par-startbiz.html