"Nous devons donner plus de place aux personnes souffrant d’un handicap"

Basée à Zürich, la fondation Züriwerk favorise l’intégration professionnelle des jeunes handicapés. Elle fournit chaque année 60 places d’apprentissage dans diverses entreprises suisses.

Crée en 1967 sous la forme d’une fondation, après avoir ouvert dès 1964 ses premiers sites de production et de logement à Zürich et Bubikon, Züriwerk aide les jeunes personnes handicapées à trouver des places d’apprentissage dans diverses entreprises. Sa responsable Gabriele Rauser nous parle des enjeux liés à cette problématique.

Pourriez-vous nous expliquer comment votre association aide concrètement les personnes handicapées à réintégrer la vie professionnelle?

Gabriele Rauser: Nous fournissons environ 60 places d’apprentissage chaque année pour des jeunes handicapés. Nous avons une dizaine de places disponibles au sein de notre fondation, mais nous recherchons surtout des places d’apprentissage individuelles sur le marché du travail dans des entreprises. Nous commençons par un premier entretien avec le jeune, qui est généralement accompagné de ses parents et parfois aussi d’un enseignant. Le but est de faire connaissance avec la personne, de déterminer ses forces et ses aptitudes plutôt que de s’attarder sur ses handicaps. Bien sûr, nous devons également vérifier à quel niveau ils pourront commencer leur apprentissage. Nous leur demandons où ils préféreraient l’effectuer, au sein de la fondation ou sur le marché du travail.

Quelles méthodes utilisez-vous?

Rauser: Nos valeurs et principes suivent les méthodes de l’association European Union of Supported Employment (EUSE). Pour les apprentis qui débutent par exemple leur apprentissage chez Migros, nous proposons un encadrement régulier. Nous leur rendons visite sur leur lieu de travail afin de voir comment cela se passe pour eux, s’ils arrivent à atteindre leurs objectifs et quelles sont leurs performances. Nous parlons avec l’apprenti ainsi qu’avec les employés de la société. Habituellement, l’apprenti peut compter sur le soutien d’une personne de référence, qui est responsable de lui durant son apprentissage. Nous les aidons aussi à effectuer leurs devoirs si nécessaire.

De quel type d’handicap s’agit-il?

Rauser: Nous parlons de jeunes personnes, hommes et femmes, présentant des troubles de l’apprentissage ou de l’autisme, dont certains avec des comportements difficiles.

Combien de personnes avez-vous aidé à trouver un emploi ou une formation professionnelle ces dernières années?

Rauser: En 2011, 18 personnes ont terminé leur apprentissage, 9 d’entre elles ont trouvé un emploi sur le marché du travail et 6 au sein d’une fondation. L’année suivante, ces chiffres s’élevaient respectivement à 10, 7 et 3. Quant à l’année dernière, 15 personnes ont terminé leur formation, 11 ont trouvé un emploi dans des entreprises et 2 dans des fondations.

Avec quels secteurs d’activité ou type d’entreprises travaillez-vous?

Rauser: Nous travaillons avec tous les types de compagnies: Coop, Axpo, la Poste, mais aussi des maisons de retraite, des garages, des centres de jardinage ou des garderies par exemple.

Combien de personnes travaillent au sein de votre organisation?

Rauser: Dans toute l'organisation, nous employons 400 personnes (263 équivalents plein temps). La section Intégration professionnelle que je dirige représente 16 collaborateurs et collaboratrices.

Travaillez-vous en partenariat avec d’autres associations?

Rauser: Nous sommes en contact avec des fondations similaires, avec notre organisation faîtières INSOS, avec le canton et avec diverses institutions locales, mais nous n’avons pas de partenariat à proprement parler avec d’autres organisations. Nos principaux partenaires sont les entreprises et les PME, qui proposent des places de travail à des personnes avec un handicap.

Vous proposez également des logements. Pourriez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet?

Rauser: En effet, Züriwerk offre des logements à Zürich et dans différents villages à l’est du canton de Zürich. 178 personnes vivent au sein de notre institution. Ils peuvent choisir de vivre dans une maison classique ou dans des communautés au sein d’appartements. Cela dépend du niveau d’assistance et d’aide dont ils ont besoin.

A combien s’élève votre budget annuel?

Rauser: Notre budget annuel pour nos services en matière d’éducation s’élève à CHF 1,8 million. Le budget annuel total de l’organisation est de CHF 35 millions. Les coûts totaux pour tous les services que nous proposons à nos clients s’élèvent à CHF 28 millions. Les différents détails se trouvent dans notre rapport annuel.

Finalement, comment pourra-t-on, selon vous, améliorer dans les années à venir l’intégration des personnes handicapées au sein des entreprises en Suisse?

Rauser: C’est une grande question. Nous devons donner de manière générale plus de place aux personnes souffrant d’un handicap. Nous devons aller à l’école ensemble, travailler ensemble, surpasser les différences et considérer chaque individu comme une valeur. Le marché du travail a déjà obtenu de bons résultats en travaillant avec des personnes handicapées, mais il faut aller plus loin. La Suisse a ratifié en avril dernier la Convention de l’ONU pour les droits des personnes handicapées (CDPH), mais il faut maintenant travailler pour transformer ces lois en places de travail concrètes pour les handicapés. Bien sûr, il y aura toujours besoin d’un coaching et nous devons continuer à le fournir aux entreprises, aux écoles et aux personnes handicapées elles-mêmes. Cette année pourrait être un bon exemple, puisque c’est l’année officielle de l’apprentissage.


Informations

Biographie

Portrait de Gabriele Rauser, responsable de Züriwerk.

Né en 1967 à Lübeck, en Allemagne, Gabriele Rauser vit en Suisse depuis 1991. Mariée et mère de deux enfants, elle travaille au sein de la fondation Züriwerk depuis 2008. Elle a été auparavant employée au Credit Suisse et enseignante. Elle a suivi des formations en matière d’intégration, de coaching et de leadership dans des organisations à but non lucratif.

Dernière modification 21.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2014/donner-plus-place-personnes-souffrant-handicap.html