"Un cadeau peut exprimer l’appréciation aussi bien qu’une prime"

Les gratifications sont de plus en plus variées au sein des entreprises suisses. Elles sont un bon moyen pour les employeurs de renforcer la motivation des collaborateurs et la cohésion des équipes.

Alors qu'approchent les fêtes de fin d'année, qu'en est-il des modalités en matière de cadeaux et de primes au sein des entreprises helvétiques? Pour Urs Suter, spécialiste des questions salariales au Centre d'étude de projets économiques (Cepec), à Lausanne, les cadeaux sont un bon moyen de favoriser la motivation et la cohésion au sein d'un groupe, à condition qu'ils soient personnalisés et en rapport avec les performances des collaborateurs. Interview.

Les PME ont-elles tendance à offrir de plus en plus de cadeaux ou d'autres avantages en nature en fin d'année comme cela se pratique dans les grandes entreprises?

Urs Suter: Je dirais plutôt que l'on assiste à une multiplication des offres qu'il s'agisse de livres spécifiques, de bons de voyage ou de séjours dans des hôtels wellness par exemple. Certaines entreprises recourent même à des services spécialisés dans la sélection de cadeaux aux employés. La plupart des grandes sociétés offrent des cadeaux en fin d'année en sus d'une gratification ou d'un bonus. Mais les cadeaux peuvent également remplacer une prime à la fin d'un grand projet: ils peuvent tout aussi bien exprimer l'appréciation par un employeur que des primes en argent.

Quels sont les avantages et les inconvénients pour les employés en termes fiscaux?

Suter: Si l'on parle de cadeaux ponctuels d'une valeur limitée, cela peut avoir des avantages en termes d'impôts. En revanche, s'il s'agit de cadeaux réguliers qui sont une manière de se substituer à une gratification salariale, ils sont soumis aux mêmes règles qu'un salaire en matière de fiscalité et d'AVS.

Les cadeaux sont-ils un bon moyen de souder les équipes ou renforcer la motivation du personnel?

Suter: Si le cadeau a un lien direct avec les activités de l'entreprise, il peut permettre de mieux souder le groupe. Mais ce type de cadeau s'épuise après quelques années. Un autre moyen efficace de créer un véritable esprit d'équipe consiste simplement à organiser un apéro après l'acquisition d'un grand projet ou après l'atteinte d'un "mile stone" important dans un projet de développement. En revanche, il est essentiel d'inviter les collaborateurs à une telle célébration immédiatement après l'évènement déclencheur et ne pas attendre la fin de l'année. Cela n'évite donc pas l'organisation d'un repas de Noël.

Quels cadeaux sont les plus recommandés pour un employeur afin de maintenir le personnel motivé au sein d'une PME?

Suter: En se basant sur les offres reçues en fin d'année, on constate qu'il s'agit souvent de livres. Mais il est ennuyeux de recevoir chaque année un livre que l'on n'aurait jamais acheté soi-même... Pour motiver les employés par un cadeau, il faut les connaître assez bien et avoir le temps d'aller acheter des cadeaux personnalisés au magasin. A l'opposé, la remise de bons d'achats à tout l'effectif n'est pas recommandé et ne favorise guère la création d'un esprit d'équipe.

Selon vous, ce moyen n'est-il pas parfois utilisé par les entreprises pour éviter le paiement d'un 13ème salaire, d'une prime ou d'une augmentation de salaire?

Suter: À la longue, une telle politique échouera. Les cadeaux peuvent remplacer une prime, mais pas un 13ème salaire ou une augmentation de salaire. Le personnel réalisera rapidement qu'un cadeau n'est pas pris en considération pour les assurances ou la caisse de pension par exemple. En outre, tout le monde se doutera que l'employeur souhaite surtout réaliser ainsi des économies.

Offrir un cadeau à des employés s'attendant plutôt à ce type de gratification peut donc se révéler contreproductif au final...

Suter: En effet, pour les raisons mentionnées plus haut, accorder un cadeau au lieu d'une augmentation ou d'un 13ème salaire peut se révéler tout à fait contreproductif.

La solution idéale ne serait-elle pas de combiner un bonus et un cadeau?

Suter: Exactement, c'est la solution idéale, à condition que le cadeau soit personnalisé.

Finalement, quel conseil général donneriez-vous à un patron de PME ou à un jeune entrepreneur à ce sujet?

Suter: Selon moi, le facteur le plus important est que le patron agisse dans tous les domaines comme un patron ou un entrepreneur et pas comme un manager ou un CEO venant de l'extérieur. C'est aussi valable pour les frais. Il n'est pas crédible pour un chef de boire avec ses cadres, des clients ou des amis dans un restaurant, sur le compte de l'entreprise, un Château Pétrus ou un Lafite Rothschild, lorsque les affaires vont mal. Il en va de même s'il décide de réduire les salaires des employés en continuant de se verser la même rémunération. Un cadeau, même personnalisé, ne pourra jamais compenser de telles erreurs. Ceci dit, il n'est pas indispensable d'installer un système de bonus très sophistiqué lors du lancement d'une entreprise, même si, à moyen terme, un système de bonus avec des règles claires et des objectifs bien définis est vivement recommandé. Aussi longtemps que le patron ou le propriétaire d'une entreprise peut juger la performance de chaque membre de l'équipe, il peut, avec discernement, accorder des gratifications liées à la performance selon son jugement et son appréciation.


Informations

Biographie

Portrait d'Urs Suter, spécialiste des questions salariales au Centre d'étude de projets économiques.

Urs Suter a passé sa jeunesse à Wald, dans l’Oberland zurichois, avant d’obtenir une licence en droit à l’Université de Zurich. Après des débuts dans le secteur de l’assurance-vie, il s’oriente dans les ressources humaines, notamment au sein de la société Cerberus, devenue partie du groupe Siemens. Depuis 2005, il travaille comme consultant pour le Cepec, un centre lausannois spécialisé dans les questions salariales. Il conseille également des PME en matière de ressources humaines et de droit du travail par le biais de sa propre entreprise, BrainConnection Suter+Partner.

Dernière modification 21.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2014/cadeau-peut-exprimer-appreciation-aussi-bien-qu-une-prime.html