"Il faut écouter ses intuitions et suivre de près les indicateurs de performance"

Le site d’achats en ligne suisse Deindeal est passé en moins de trois ans d’une petite start-up à un acteur incontournable du e-commerce en Suisse. Son fondateur Amir Suissa revient sur ce succès.

A sa création en février 2010, la société Deindeal n'était composée que de cinq cofondateurs. Moins de trois ans plus tard, le site de commerce en ligne emploie 180 personnes et recense plus de 500'000 clients enregistrés! Séjours à l'étranger, bons de restaurants ou encore design: l'entreprise zurichoise offre chaque semaine des rabais de 30% à 70% sur environ 150 collections de produits et services. Pour créer Deindeal, Amir Suissa s'est inspiré de l'entreprise américaine Groupon, leader mondial en matière d'achats groupés: l'idée d'offrir un rabais à condition qu'un certain nombre d'internautes passe commande. Deindeal est entre-temps devenu un portail d'e-commerce proposant de multiples gammes de produits et services.

Comment est née la société Deindeal?

Amir Suissa: Vers la fin de l'année 2009, des collègues m'ont fait connaître le site internet Groupon, qui avait démocratisé le principe des achats groupés aux Etats-Unis. L'idée m'a semblé intéressante et j'ai alors décidé de l'adapter au marché suisse avec Adrian Locher. Nous y avons réfléchi pendant quelques semaines, avant de nous associer à trois autres cofondateurs: un responsable des ventes, un responsable marketing et un responsable IT et produits. Nous avons lancé Deindeal le 24 mars 2010, un mois avant l'arrivée de Groupon en Suisse.

Quelle activité occupiez-vous jusque-là?

Suissa: Avant Deindeal, j'étais "partner" et responsable du marché européen dans la société Pollenizer, qui conseille start-up et entreprises en matière de création de modèles d'affaires sur internet.

Comment avez-vous convaincu les commerçants de vendre leurs produits sur Deindeal au moment du lancement du site?

Suissa: Cela n'a pas toujours été facile. Il a fallu leur expliquer le modèle de Deindeal, qui restait encore très flou à l'époque. Mais dès que les entreprises partenaires ont compris qu'elles ne couraient aucun risque, qu'elles ne pouvaient que générer de nouveaux revenus, acquérir des clients et développer leur marketing, elles ont été convaincues. Une fois que les premières nous ont fait confiance, les autres ont suivi.

Sur quelles bases sélectionnez-vous ces prestataires?

Suissa: Nous recherchons avant tout des produits et services de très grande qualité. Comme tout détaillant, nous essayons de parvenir à la combinaison de produits et ainsi à l'offre la plus attractive possible. Nous nous demandons toujours quel pourcentage de rabais nous devrions offrir et pourquoi. Nous répondons à cette question sur la base de notre expérience avec les utilisateurs, de nos analyses de marché et de multiples autres facteurs comme la saison. Par exemple, il est évident que nous ne vendrons pas des skis en plein été. Nous recherchons activement environ 80% de l'offre et les 20% restants viennent directement à nous.

En moins de trois ans, Deindeal est passé de 5 à 180 employés. A quoi attribuez-vous cette croissance fulgurante?

Suissa: Il s'agit d'un modèle gagnant pour toutes les parties. Les commerçants n'ont quasiment aucun effort à accomplir alors que nous leur fournissons une visibilité gratuite et un moyen d'écouler leurs produits et services. Une petite entreprise comme par exemple un salon de coiffure n'a ni les moyens ni l'intérêt de faire une grande campagne de publicité. Les coûts seraient trop élevés par rapport aux revenus escomptés. Sur Deindeal, cette PME a la possibilité de se faire connaître et d'attirer des clients. De leur côté, les consommateurs peuvent acquérir d'excellents produits à des prix cassés.

Concrètement, quelle stratégie de croissance poursuivez-vous?

Suissa: Notre vision se résume par "davantage de lifestyle pour une vie meilleure". Ainsi, nous lançons continuellement de nouvelles collections de produits, que nos acheteurs choisissent avec soin pour nos clients. Notre mission consiste à pouvoir proposer une offre sélectionnée 365 jours par an aux consommateurs. Nous avons débuté Deindeal en appliquant le concept d'achat groupé et évoluons désormais vers un nouveau modèle de shopping en ligne: nous offrons du lifestyle à nos clients.

Quel pourcentage touchez-vous sur les ventes?

Suissa: Nous touchons environ 40% du chiffre d'affaires, le reste revient au commerçant. Nous investissons énormément dans le marketing: nous faisons parti des dix plus importants annonceurs suisses sur Google et Facebook. Ce qui profite également à nos partenaires.

Qui sont vos principaux concurrents?

Suissa: Etant donné que nous couvrons uniquement le marché suisse, notre seul véritable concurrent en matière d'achats groupés est Groupon. Mais nous le devançons largement, avec une part de marché d'environ 70%. Nous avons bien sûr davantage de concurrents dans le domaine de l'e-commerce en général, comme Zalando, Fashionfriends et d'autres détaillants online et offline.

Envisagez-vous une extension internationale?

Suissa: Ce n'est pas prévu pour le moment mais nous restons ouverts à cette possibilité. Cela pourrait en particulier être pris en considération pour les offres de voyages. Pour l'heure, le marché suisse nous convient parfaitement. Notre croissance se poursuit par rapport à l'année précédente.

De quelle manière votre offre a-t-elle évolué?

Suissa: Nous sommes passés d'une offre de services, notamment dans le domaine du bien-être, de la beauté et de la gastronomie, aux voyages et hôtels, puis à nos divers gammes de produits actuelles. Depuis peu, nous proposons une section dédiée à l'habitat et au design, segment dans lequel la demande est d'ailleurs en train d'exploser. Récemment nous avons lancé une collection dans le domaine du sport. Notre offre va encore évoluer. Nous prévoyons de nous lancer notamment dans la mode, le vin et les produits pour enfants.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur?

Suissa: Les mêmes que j'ai moi-même suivis: "focus or fail", à savoir rester concentré sur les choses les plus importantes, écouter ses intuitions et suivre attentivement l'évolution des indicateurs clés de performance (ICP) pour prendre ses décisions.


Informations

Biographie

Portrait de Amir Suissa, fondateur de Deindeal.

D’origine israélienne, Amir Suissa a étudié à l’Open University de Tel Aviv. Avant de lancer Deindeal en 2010, à l’âge de 38 ans, il a acquis une expérience d’entrepreneur dans les secteurs de la finance, d’internet et des réseaux sociaux. Il a notamment cofondé en 1996 Swissinvest.com, le premier portail suisse d’informations financières. Il a également participé à la création de First Tuesday Zurich, un réseau et think tank d’entrepreneurs et d’investisseurs, qui a ensuite été vendu à la société allemande Xing.

Dernière modification 19.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2012/ecouter-intuitions-suivre-indicateurs-performance.html