"Il est crucial de garantir son identité numérique et celle de son interlocuteur"

Green.ch, l’une des principales sociétés suisses actives dans l’hébergement sur Internet, les services de raccordement DSL et les centres de données, compte parmi les plus grands fournisseurs de la SuisseID. La preuve d’identité numérique permet à la fois une signature électronique valable juridiquement et une authentification sécurisée. Green.ch la propose dans sa gamme de services depuis début février 2011 et entend désormais continuer à étendre son champ d’application, explique Franz Grüter, CEO de la société argovienne.

Pourquoi avoir opté pour la SuisseID?

Franz Grüter: Il existe différentes technologies destinées à garantir son identité digitale sur le marché. Nous voulions un outil à l'usage répandu et qui puisse être utilisé pour différents services. Le fait que la SuisseID émane directement des autorités helvétiques (du Secrétariat d'Etat à l'économie, ndlr) nous a confortés dans notre choix.

Comment vos clients peuvent-ils l'utiliser?

Grüter: La SuisseID permet à nos clients qui utilisent notre service de messagerie en ligne de bénéficier d'une signature électronique certifiée. Elle garantit l'identité de l'émetteur d'un courriel. Sans preuve d'identité supplémentaire, il est extrêmement aisé à l'heure actuelle de pirater une adresse e-mail. Les criminels envoient très souvent des courriels avec de faux noms.

Quels sont les autres avantages de la SuisseID?

Grüter: Les gens font de plus en plus d'opérations en ligne. Je ne parle pas uniquement des e-mails, mais aussi du vote en ligne, des impôts, des achats, des interactions avec les autorités, etc. Ce genre de pratiques se généralise. Or, lors de ces transactions de données, il est crucial de pouvoir garantir son identité et celle de son interlocuteur. C'est à cela que sert la SuisseID. En tant que fournisseur, ce système d'identification augmente la valeur de nos produits. Jusqu'à la fin de l'année, nous allons le combiner avec nos services DSL, d'hébergement sur internet et de messagerie. La SuisseID sera alors mise à disposition sans engendrer de coûts supplémentaires.

La SuisseID se présente sous forme de clé USB ou de carte. Quelle est la différence entre les deux?

Grüter: Certains clients possèdent déjà des lecteurs de cartes dont ils se servent pour l'e-banking par exemple et qui peuvent aussi être utilisés pour lire une carte SuisseID. D'autres clients préfèrent la clé USB, car elle ne nécessite pas de lecteur supplémentaire et est plus facile à transporter. Il revient au client de choisir.

La SuisseID est-elle compliquée à installer pour les clients?

Grüter: Dans notre cas, la SuisseID peut être configurée très simplement et en peu de temps. Je m'attendais moi-même à ce que ce soit plus compliqué. Alors qu'en fait, cela a été très rapide. Il n'y a pas besoin d'être un expert en nouvelles technologies pour utiliser la SuisseID. Ce qui prend le plus de temps, c'est d'aller à la Poste pour prouver son identité une fois qu'on l'a commandée.

L'adoption de la SuisseID représente-t-elle un grand investissement pour une entreprise?

Grüter: Tout dépend du type de service fourni. Pour les sociétés actives dans le commerce en ligne par exemple, un peu de programmation supplémentaire peut être nécessaire. Mais honnêtement, ça ne demande pas un très grand effort.

Quels sont les retours des utilisateurs?

Grüter: Les entreprises qui régulièrement envoient des emails confidentiels, comme celles du secteur financier, réagissent très positivement. Elles s'assurent ainsi un maximum de sécurité. Les clients privés sont eux aussi satisfaits. Certains se demandent toutefois dans quelles autres applications ils pourraient utiliser la SuisseID. Selon moi, la SuisseID peut être comparée au cas des cartes de paiement. Lorsqu'elles ont été lancées, les gens étaient sceptiques. Aujourd'hui, tout le monde les utilise.

Pouvez-vous nous parler du nouveau centre de données que vous avez inauguré à la fin du mois de mars à Lupfig (AG)?

Grüter: Nous en sommes très contents. La construction de la deuxième aile du centre, qui en comprendra trois au final, se fera l'année prochaine, comme prévu. Selon le Financial Times Deutschland, "les données sont la nouvelle monnaie de la Suisse". Je partage ce constat. La Suisse est devenue extrêmement attractive pour les compagnies internationales qui souhaitent protéger leurs informations. Des entreprises comme Hewlett-Packard, aux Etats-Unis, ont choisi de recourir à nos services. Les anciennes valeurs helvétiques que sont la stabilité, la confiance et la discrétion participent grandement à ce succès.

A quelles autres raisons attribuez-vous cet engouement?

Grüter: J'y vois plusieurs explications. Il n'y pas si longtemps, les entreprises suisses actives sur internet possédaient des serveurs aux Etats-Unis. Elles en étaient donc dépendantes. Un jour, l'une de ces sociétés a eu la mauvaise surprise de constater que le FBI était intervenu chez son fournisseur d'accès américain pour démanteler ses serveurs. L'entreprise a coulé du jour au lendemain. Autre exemple, celui des CD volés vendus au gouvernement allemand en 2010 dans le cadre d'affaires de fraudes fiscales visant la Suisse. A ce moment-là, les compagnies européennes ont réalisé que des gouvernements étaient prêts à payer pour des données obtenues frauduleusement. D'où une prise de conscience quant à la nécessité de les conserver en lieu sûr. Un autre facteur est lié à la situation géographique. Les centres de données doivent être situés à l'abri de tout danger naturel et humain. La sécurité doit être totale. C'est pour cela que nous avons choisi Lupfig. Le site se trouve dans un environnement sûr, tout en étant proche de Zurich, Bâle et Berne.

Quels sont vos projets de développement actuels?

Grüter: Green.ch possède trois axes d'évolution majeurs: les centres de données, l'hébergement sur internet et les services de raccordement DSL. Le premier secteur est celui appelé à connaître le plus grand essor. Nous sommes également en train de mettre en place de nouvelles fonctionnalités pour nos services d'hébergement en ligne, tant sur Windows que sur Linux. Enfin, nous allons mettre en place de nouvelles offres DSL.


Informations

Biographie

Portrait de Franz Grüter, CEO de green.ch.

Franz Grüter, 47 ans, est diplômé en ingénierie électrique et en marketing. Il a notamment étudié au Georgia Institute of Technology à Atlanta, aux Etats-Unis. Il est marié et a trois enfants.

L’entrepreneur possède plus de 20 ans d’expérience dans le domaine du management. En 1996, il participe à la fondation de la société Smartcomp, un intégrateur de systèmes et réseaux. L’année suivante, il conduit avec succès la compagnie sur le marché des fournisseurs d’accès à internet. En 2000, Smartcomp est vendue à la firme américaine Via Net.Works. Avant l’aventure Smartcomp, Franz Grüter a travaillé durant dix ans pour l’entreprise lucernoise BiCA, qui produit notamment des automates pour les stations-service.

En 2008, il accède au poste de CEO de Green.ch. A l’heure actuelle, Green.ch emploie 80 personnes et fait partie des cinq premières sociétés de télécommunications en Suisse. Elle a été fondée en 1995 et est basée à Brugg (AG).

Dernière modification 19.08.2015

Début de la page

https://www.kmu.admin.ch/content/kmu/fr/home/actuel/interviews/2011/crucial-garantir-identite-numerique-et-celle-de-son-interlocuteur.html