Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Avec la crise, le risque de fraude augmente


(27.05.09) La récession favorise des pratiques commerciales inquiétantes. Selon une enquête menée dans 22 pays européens auprès de 2'200 employés par le cabinet Ernst & Young, 25% des participants européens et 20% des participants suisses jugent acceptable de donner un bakchich pour obtenir du travail.

Tout aussi alarmant, la moitié des personnes interrogées en Europe et 40% des personnes sondées en Suisse estiment qu'un ou plusieurs comportements contraires à l'éthique sont acceptables. L'étude révèle même que 8% des Européens considèrent le fait de déformer les performances financières de leur entreprise comme justifiable pour survivre aux perturbations économiques actuelles. Le pourcentage s'élève à 2% en Suisse.

Le cabinet souligne que les fraudes sont davantage visibles car «l'effet masquant» de la croissance a disparu en ces temps de crise. La pression subie par les cadres pour maintenir le niveau du chiffre d'affaires et des bénéfices s'intensifie, ce qui favorise la tentation à recourir à la fraude.

L'enquête révèle que le pessimisme semble gagner l'Europe: plus de la moitié des personnes interrogées (53% des Suisses et 55% des Européens) pensent que les pratiques frauduleuses vont s'accentuer dans les années à venir.

Selon les personnes sondées, tous les échelons de la direction des entreprises sont concernés par le problème. En Suisse, 71% des participants émettent des doutes quant à l'intégrité des dirigeants de leur entreprise, la moyenne européenne se situant à 69%.

Enfin, les deux tiers des participants en Suisse estiment que les patrons devraient être tenus personnellement responsables des défaillances dues à la fraude sous leur direction.

Retour à la vue d'ensemble 2009

Dernière mise à jour: 27.05.2009

Fin secteur de contenu


Newsletter

Quels sont les thèmes importants pour les PME?
Pour rester informés, commandez notre bulletin d’information!